•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mario Simard insiste pour qu'Ottawa réduise les délais pour les travailleurs étrangers

Un tas d'asperges coupées avec, en arrière-plan, une récolteuse

Les travailleurs étrangers sont essentiels pour plusieurs.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Tanguay

Radio-Canada

Le député bloquiste de Jonquière, Mario Simard, se fait le porte-voix de l'industrie agricole en demandant à Ottawa d'intervenir pour alléger la lourdeur administrative pour les travailleurs étrangers qui doivent se soumettre à une quarantaine de 14 jours en arrivant au pays.

C'est principalement le processus de dépistage de la COVID-19 qui continue à poser problème, plus d'un mois après que la situation ait été dénoncée pour la première fois dans les médias.

Les travailleurs doivent se soumettre à une quarantaine obligatoire de 14 jours aux frais des employeurs en plus de devoir réaliser eux-mêmes un test de dépistage de COVID-19. Cette étape se fait sous la supervision en ligne d'une infirmière de l'entreprise ontarienne Switch Health.

Or, la barrière de la langue cause de longs délais, parfois même des résultat erronés. Ainsi, l'entrée en fonction des travailleurs agricoles est retardées.

Par communiqué samedi, le bloquiste Mario Simard a fait part de son mécontentement devant des ajustements qui tardent à être apportés. Ce qu'on demande, c'est que le gouvernement fournisse une alternative rapide pour que les tests après la quarantaine arrivent rapidement. On est capable d'en faire ici, donc je ne sais pas pourquoi on ne fait pas affaire avec des entreprises québécoises, même des entreprises locales, a-t-il proposé. Il demande des actions concrète de la part d'Ottawa.

Pour sa part, le président de l’Union des producteurs agricoles du Saguenay-Lac-Saint-Jean (UPA), Mario Théberge, a expliqué que même lui doit souvent parler par signes avec ses deux travailleurs étrangers, dont la langue est l'espagnol. Quand c'est des procédures quand même techniques bien importantes [...], bien ça peut arriver qu'il y ait des erreurs, a-t-il indiqué, en faisant référence au processus administratif.

D'après un reportage d'Arianne Béland

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !