•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le béton, grand vainqueur de la compétition internationale XPRIZE

L'entreprise de Nouvelle-Écosse CarbonCure est un des deux lauréats du prix de 15 millions de dollars.

Photo d'une bétonneuse sur un site industriel.

L'entreprise de Nouvelle-Écosse CarbonCure a remporté le prix XPRIZE grâce à son innovation écologique dans la production de ciment.

Photo : CarbonCure technologies

Injecter du dioxyde de carbone dans du ciment pour le rendre plus écologique a permis à deux entreprises nord-américaines de gagner la prestigieuse compétition internationale Carbon XPRIZE.  

CarbonCure, établie à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, et CarbonBuilt, une entreprise affiliée à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA), se partagent le grand prix de 15 millions de dollars américains. 

Par ailleurs, 5 millions de dollars avaient déjà été distribués aux finalistes lors des rondes précédentes.

Du béton moins polluant

Au terme de plus de cinq années de compétition, les deux entreprises ont réussi à démontrer séparément que chacune de leur technologie permettait de réutiliser le plus grand volume de dioxyde de carbone de tous les concurrents de la manière la plus efficace possible. 

CarbonCure injecte ainsi du CO2 dans du ciment mouillé. Selon l’entreprise, le processus permet de transformer le gaz en minéral, ce qui a l’avantage de durcir le béton.

La compagnie s’est fixé comme objectif de réduire la production de CO2 des cimenteries de 500 millions de tonnes d’ici 2030. 

Le défi des changements climatiques peut sembler insurmontable, mais l’équipe de CarbonCure et les autres participants à la compétition ont démontré que ce n’était pas le cas et que nous avons des solutions disponibles dès maintenant, s’est félicitée la présidente de CarbonCure, Jennifer Wagner. 

L’autre lauréat, CarbonBuilt, affirme pour sa part pouvoir emprisonner 0,75 livre de CO2 dans chaque bloc de ciment et réduire de moitié l’empreinte carbone de la production de béton. 

Des retombées pour le climat

Selon le vice-président responsable de l’énergie et du climat à XPRIZE, Marcius Extavour, les deux gagnants ont le potentiel de marquer un tournant dans leur secteur. 

La cimenterie est une des industries les plus polluantes. De 8 à 10 % de nos émissions de gaz à effet de serre proviennent de la production de béton, a-t-il souligné. 

D’autres industries pourront cependant bénéficier des années de compétition. Selon M. Extavour, une participation aux XPRIZE sert généralement de levier pour attirer d’autres investissements. 

La compétition, lancée en septembre 2015, a vu s’affronter 38 équipes avec pour objectif de réutiliser le CO2 de manière utile. 

Le concours était commandité par l’entreprise américaine de l’énergie NRG et l’Alliance de l’innovation dans les sables bitumineux du Canada (COSIA), un regroupement de sept entreprises pétrolières. 

Même si la technologie lauréate ne s’applique pas directement au monde pétrolier, le directeur général de COSIA, Wes Jickling, est satisfait du travail effectué pendant les cinq années de compétition. 

Nous avons créé une énergie, un élan à une première génération de technologies. Nous avons hâte de voir la prochaine génération, explique M. Jickling.

Le concours a permis également de créer un centre de recherche en Alberta pour permettre aux entreprises canadiennes de tester leur technologie. Ce centre continuera d’accueillir des compagnies innovatrices. 

XPRIZE lancera cette semaine son prochain concours avec le parrainage d’Elon Musk. Cette compétition qui verra l’attribution de 100 millions de dollars américains se concentrera sur les technologies permettant de retirer le CO2 de l’atmosphère.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !