•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Diversité et Islam : le ramadan dans la tradition canado-tchadienne

Les musulmans en Ontario sont le reflet de la grande diversité de cultures au sein de l'Islam.

Photo de deux parents et quatre enfants dans un jardin.

Haoua Inoua, son époux et ses enfants préservent les traditions tchadiennes familiales pendant le mois de ramadan.

Photo : Radio-Canada / Fournie par Haoua Inoua

Marwa Siam-Abdou

Un des cinq piliers de l'islam, le ramadan se célèbre différemment d'une culture à l'autre. C'est souvent l'occasion pour les familles musulmanes de faire renaître leurs coutumes pendant cette période.

Haoua Inoua, mère de famille d'origine tchadienne, vit à Ottawa. Pour elle, le ramadan est un mois de discipline spirituelle et de rassemblements familiaux. Son époux, ses quatre enfants et elle prennent le premier repas du jour, appelé le Sahour, juste avant l’aube et rompent le jeûne ensemble près de 15 heures plus tard au moment du coucher du soleil.

Mme Inoua explique que sa famille a pris l’habitude de prier ensemble pendant les nuits du ramadan et d'écouter la khutba, le sermon religieux.

Elle explique que plusieurs traditions culturelles tchadiennes se perdent au Canada en l’absence d’un tissu communautaire. Elle souligne qu’elle a toutefois pu transmettre à ses enfants plusieurs valeurs du Tchad et a adopté elle aussi de nouvelles traditions en tant que Canadienne.

Elle cite en exemple l'entraide au sein de sa famille dans les préparatifs de la rupture du jeûne, ce qui diffère de la culture tchadienne où les femmes sont responsables de la préparation des repas.

Mon fils aîné m’aide beaucoup avec la cuisine, on ne voit pas ça souvent dans notre culture. On déjeune aussi toujours en famille, alors que traditionnellement au Tchad, les hommes rompent le jeûne séparément précise-t-elle.

La famille mange aussi assis au sol et non à table, comme cela se fait dans son pays. Mme Inoua, qui parle arabe et français, explique que sa religion est souvent uniquement associée à la culture arabe. Elle déplore que les traditions afro-musulmanes importantes soient parfois oubliées lors des discussions sur l’Islam.

Repas composé de plusieurs plats installés par terre.

Haoua Inoua et sa famille mangent assis au sol, comme dans certaines traditions islamiques et africaines.

Photo : Radio-Canada / Fournie par Haoua Inoua

Même si ses enfants s'intéressent aussi aux plats internationaux, Mme Inoua préfère toujours la nourriture de son pays natal et essaie de transmettre les traditions culinaires du Tchad à ses enfants.

Le Tchad est au cœur de l'Afrique. C'est un pays du Sahel qui est connu pour sa richesse culturelle, pour son multilinguisme, son multiculturalisme et son mélange de plusieurs traditions régionales, j’essaie d’encourager ça chez mes enfants.

Une citation de :Haoua Inoua, résidente d'Ottawa d'origine tchadienne

Les plats populaires du Tchad s'inspirent entre autres de recettes soudanaises, sénégalaises, camerounaises et libyennes. Par exemple, le Thiéboudienne, un plat traditionnel de l’Afrique de l’Ouest, se cuisine aussi au Tchad, mais de sa façon unique, ou encore la salade Al-Aswad, une salade d’aubergines populaire au Soudan.

Pour encourager l’esprit communautaire, Mme Inoua et ses collègues au Comité du Sida d'Ottawa (CSO), préparent des plats pour le ramadan. En raison des restrictions de la COVID-19, au lieu d’organiser un repas en personne, les plats sont préparés et distribués aux membres de l’organisation.

L’un des principes du ramadan, c’est le partage, on ne peut plus recevoir nos voisins et nos amis à cause de la  COVID-19, nous sommes donc tous devenus des communautés plus étroites malheureusement souligne-t-elle.

Haoua explique que malgré l'absence d'une grande communauté tchadienne, elle est heureuse d'être entourée d’une communauté de collègues, d’amis et d'autres musulmans. Elle ajoute pouvoir profiter pleinement de son temps en famille pendant cette période.

L’avantage de cette pandémie est qu’aujourd’hui, j’ai l’occasion de renforcer les liens familiaux, je considère ça l’une des bénédictions du ramadan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !