•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réponse ferme réclamée contre ceux qui ignorent les règles dans le Nord-Ouest

Des policiers dehors devant des voitures portent des masques.

Des policiers discutent avec un manifestant près d'une résidence privée de Saint-Anne-de-Madawaska, dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick.

Photo :  Capture d’écran - Facebook

Des rassemblements illégaux et des manifestations contre les mesures sanitaires ont eu lieu ces dernières semaines dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick, en confinement total. Alors que des résidents refusent de se plier aux consignes de la santé publique, d'autres demandent aux forces de l'ordre d'être plus sévères à l'égard des contrevenants.

Des événements font monter la tension dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick, qui en est à son troisième confinement total depuis l’arrivée de la COVID-19 dans la province.

Dimanche, plusieurs internautes ont exprimé leur mécontentement alors qu'une vidéo d'un rassemblement illégal était largement partagée sur Facebook.

On y voit des policiers de la GRC devant une résidence privée de Saint-Anne-du-Madawaska, où plus d'une vingtaine de véhicules sont stationnés.

On voit un homme se tenir debout devant la maison et interdire aux policiers d'entrer puisqu'ils n'ont pas de mandat.

Après quelques minutes, on voit les policiers tourner les talons, puis quitter les lieux.

On entend ensuite des gens applaudir leur départ.

Des policiers à l'extérieur parle avec un homme de dos.

Un homme s'entretient avec les policiers de la Gendarmerie royale du Canada.

Photo :  Capture d’écran - Facebook

Dans les commentaires de la vidéo en question, on accuse les policiers du nord-ouest de la province de ne pas en faire assez pour forcer les contrevenants à respecter les mesures sanitaires.

Un porte-parole de la GRC indique que les policiers font usage de leur pouvoir discrétionnaire dans toutes les situations liées à la COVID-19. Des contraventions sont remises et des mesures coercitives sont prises quand cela est jugé nécessaire.

La cheffe de la police municipale de Grand-Sault n’a pas voulu accorder d’entrevue au sujet des rassemblements illégaux comme celui de dimanche dernier, mais elle assure que plusieurs contraventions ont été données aux manifestants.

Suzanne Themens ajoute que deux manifestants ont reçu des contraventions pour avoir quitté la zone de confinement d’Edmundston et du Haut-Madawaska pour aller manifester à Grand-Sault.

Un danger pour la société

Ces manifestations et rassemblements sont un danger pour la société, croit la députée Francine Landry, qui se dit très inquiète face à la situation actuelle.

On m’a mentionné personnellement qu’il y avait au-delà de 25 personnes dans la manifestation [de Saint-Anne-de-Madawaska], partage la députée. Et qu’autant de personnes se rassemblent, écoutez, c’est un danger pour la société.

La député libérale de Francine Landry

La députée libérale de Madawaska-Les-Lacs-Edmundston, Francine Landry

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Le maire de la municipalité de Saint-Anne-du-Madawaska, Roger Lévesque, avoue pour sa part qu’il n’était même pas au courant qu’une manifestation avait eu lieu dans sa communauté en fin de semaine.

Je ne savais même pas que cela avait eu lieu en fin de semaine, j’étais confiné et eux aussi devraient faire la même chose, croit le maire de la municipalité.

Ce ne sont pas les premiers résidents à manifester leur grogne face aux consignes de la santé publique telles que le confinement, le masque ou encore l’assouplissement des frontières.

Des manifestants brandissent des drapeaux et des affiches sur le bord de la rue principale.

Des manifestants au centre-ville d'Edmundston le 14 mars 2021.

Photo : Radio-Canada / Jessica Savoie

Selon la Force policière d'Edmundston, trois manifestations ont eu lieu dans la municipalité depuis le 14 mars. Plus d’une quinzaine d’amendes auraient été distribuées pour des infractions liées aux consignes sanitaires.

Avec des renseignements de Jean-Philippe Hughes et Bernard Lebel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !