•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un « incontournable du patrimoine industriel » en voie d’être démoli à Lévis

La scierie est faite de vieux bois, avec un toît en tôle. Une rue la longe.

Situé dans le Vieux-Lévis, l'édifice Scies Mercier est en voie d'être démoli pour la construction de condos.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

L’édifice de Scies Mercier dans le Vieux-Lévis pourrait laisser place à des condos. Le comité de démolition de la Ville vient de donner un avis favorable à sa démolition, et ce, même si la scierie construite à la fin du XIXe siècle figure parmi les « incontournables du patrimoine industriel » du Québec.

L’ancienne usine de fabrication de lames de scies qui surplombe le secteur de la traverse à Lévis est inoccupée depuis plus de 10 ans.

Depuis 2011, l'édifice figure à l’Inventaire des sites et des bâtiments incontournables du patrimoine industriel du ministère de la Culture.

Bien que l’intérêt patrimonial de l’immeuble soit reconnu, le comité de démolition a évalué que les travaux nécessaires pour le remettre en état sont supérieurs à la valeur économique du bâtiment.

Sa démolition a fait l'objet d'un avis favorable. Le projet de remplacement est un bâtiment de six unités résidentielles.

La maquette du projet immobilier.

Le projet immobilier qui remplacera l'édifice de Scies Mercier comprend six unités résidentielles destinées à la vente.

Photo : crédits: Youtube de la Ville de Lévis

La Fédération histoire Québec (FHQ) dénonce cette décision. L’édifice Scies Mercier est, selon elle, l’un des derniers vestiges de cette époque importante pour l’histoire de la province.

Si on ne peut pas protéger ce bâtiment-là au niveau industriel, qu’est-ce qu'on va protéger? se désole le président du comité patrimoine de la FHQ, Clément Locat.

La Ville aurait dû être proactive. Dès qu'il a été abandonné et qu'il possédait une bonne intégrité et beaucoup d’équipement industriel, c'était le moment d’élaborer un projet de mise en valeur, déplore M. Locat.

À vendre depuis 10 ans

Dans sa décision rendue le 13 avril, le comité de démolition souligne toutefois que l’immeuble est en vente depuis 2010 et aucun acquéreur ne s’est montré intéressé, et ce, malgré un appel de projets réalisé par la Ville de Lévis et par ses propriétaires.

Les propriétaires, qui ont maintenant déménagé leurs activités dans le secteur Lauzon, ont donc décidé de présenter eux-mêmes un projet de réhabilitation.

Photo de l'intérieur de Scies Mercier.

L'édifice Scies Mercier est inoccupé depuis plus de 10 ans.

Photo : Crédits : Jarold Dumouchel - urbexplaground.com

L’ensemble résidentiel présenté tient à préserver la vue sur le fleuve, le Vieux-Québec et la Terrasse du Chevalier-de-Lévis. Des éléments d’architecture tenteront d’offrir un rappel visuel de l’ancienne industrie.

Une erreur de la Ville

Le GIRAM, un groupe qui se porte à la défense du patrimoine, estime que ces petits rappels sont insignifiants.

C'est évident que ça ne remplacera jamais l'aspect visuel, paysagé et historique qui transpire de ce bâtiment-là , hargne le vice-président au Patrimoine, Gaston Cadrin.

Le GIRAM convient que ce n’est pas au propriétaire à présenter un projet de revalorisation et de préservation du bâtiment industriel.

L'édifice Scies Mercier offre un point de vue sur le Château Frontenac.

L'édifice Scies Mercier offre un point de vue sur le Château Frontenac.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

M. Cadrin croit cependant que la Ville aurait dû acquérir le bâtiment pour en faire un centre d’interprétation des anciennes industries de Lévis, considérant sa proximité avec le quai Paquet et la Terrasse du Chevalier-de-Lévis, ainsi que la vue imprenable qu’il offre sur le Château Frontenac.

Les chantiers de bois, les chantiers navals, c’était la base de l'économie de Lévis au XIXe siècle avec le chemin de fer. C’est Napoléon Mercier qui était maire de la Ville qui a construit cette industrie. C'est des éléments du patrimoine qui font partie de l'histoire de la Ville de Lévis, soulève-t-il.

L'erreur de la Ville, c'est d'avoir zoné ça en six logements. Ça donne de la valeur au terrain.

Une citation de :Gaston Cadrin, vice-président au Patrimoine, GIRAM
L'usine a été construite à la fin du XIXe siècle.

L'usine a été construite à la fin du XIXe siècle.

Photo : Crédits : Jarold Dumouchel - urbexplaground.com

Valeur patrimoniale insuffisante

Le ministère de la Culture n’a pas l’intention de s’opposer à la démolition. Malgré son intérêt historique, il a été déterminé qu’il ne disposait pas d’une valeur patrimoniale suffisante pour recommander son classement.

L’intérêt architectural, ethnologique et technologique de la scierie Mercier présente un intérêt, mais davantage à l’échelle de la ville de Lévis et sur la scène régionale, répond la porte-parole du ministère, Émilie Mercier.

Le ministère continue toutefois à encourager la Ville à considérer la protection du bâtiment des Scies Mercier en vertu des pouvoirs que lui confère la Loi sur le patrimoine culturel et à contribuer à sa requalification, si elle le peut, ajoute-t-on.

Le patrimoine industriel, c'est le parent pauvre des bâtiments patrimoniaux. C'est très difficile de défendre la mise en valeur du patrimoine industriel, commente M. Locas de la FHQ.

Les citoyens peuvent faire appel des conclusions du comité de démolition dans les 30 jours après le rendu de la décision, soit d'ici le 13 mai.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !