•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba cherche à éviter le pire avec de nouvelles restrictions sanitaires

Le premier ministre Brian Pallister, vu de face, regarde Brent Roussin qui est au premier plan sur la photo, et dont le visage de profil est hors focus.

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, et le médecin hygiéniste en chef, Brent Roussin.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Face à une troisième vague bien présente, mais encore maîtrisée, au Manitoba, le premier ministre et le médecin hygiéniste en chef ont annoncé, lundi, des modifications aux restrictions en vigueur. Leur objectif : limiter le nombre de personnes pouvant se rassembler à l'extérieur, dans les commerces et à la maison.

« Nous ne sommes pas une île, et la COVID-19 ne connaît pas de frontières », rappelle le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, au moment d’annoncer ces modifications aux restrictions sanitaires, lors d'une conférence de presse.

La province cherche ainsi à ralentir la propagation des variants ainsi qu’à protéger le système de santé, indiquent Brian Pallister et Brent Roussin.

En agissant maintenant, la province espère aussi éviter de confiner à nouveau la population manitobaine. C’est notre dernière chance de réduire le nombre de cas avant de passer à un confinement total, affirme ainsi le Dr Roussin, en ajoutant que, sans ces nouvelles mesures, le nombre de nouveaux cas pourrait augmenter de 50 % par semaine.

La province enregistre 108 nouveaux cas lundi, dont 63 dans la région de Winnipeg. Ces cas s'ajoutent aux 183 autres annoncés samedi et aux 170 cas enregistrés dimanche.

Restrictions en vigueur à compter de minuit le 20 avril

  • Seulement deux visiteurs désignés par ménage.
  • Les rassemblements extérieurs publics et privés sont limités à 10 personnes, dont les membres du logement chez qui ils ont lieu.
  • Les rassemblements religieux sont limités au nombre le plus bas entre 25 % de la capacité ou un maximum de 50 personnes. Des masques doivent être portés à l’intérieur sauf pour des membres d’une même famille qui sont assis ensemble, à distance des autres participants et qui ne chantent pas.
  • Seules 10 personnes peuvent désormais assister à des funérailles ou à des mariages, sans compter l’officiant et le photographe

Restrictions en vigueur à compter de minuit le 21 avril

  • Les commerces sont limités au nombre le plus bas, entre le tiers de leur capacité d'accueil ou 333 clients.
  • Les centres commerciaux sont limités à 33 % de leur capacité d'accueil.

Ces changements aux ordonnances sanitaires seront en vigueur jusqu’au 12 mai.

Il reste deux mois avant d’avoir le nombre de vaccins qui répondront à nos besoins, rappelle le premier ministre en expliquant la nécessité de ces restrictions.

Pas de masques obligatoires à l'extérieur

Alors que le Dr Roussin avait évoqué la possibilité d’imposer le masque dans l’espace public à l'extérieur, cette mesure n’a pas été retenue par les autorités sanitaires lundi.

Selon le médecin hygiéniste en chef du Manitoba, les rassemblements extérieurs sont moins propagateurs du virus que les rassemblements intérieurs. Il est néanmoins important de porter un masque lorsque la distanciation n’est pas possible, rappelle-t-il.

Il explique que l’option d’en faire une obligation n’a pas été retenue pour ne pas créer de distraction.

Selon Brent Roussin, les annonces d’aujourd’hui sont une approche mesurée pour ralentir la troisième vague sans susciter la défiance de la population avec des restrictions trop importantes.

Les Manitobains ne méritent pas un confinement, affirme Brian Pallister, tandis que le Dr Roussin estime que l’approche de la santé publique est proactive au moment où le Manitoba est au début de sa troisième vague.

Des changements de stratégie annoncés

Le Manitoba a par ailleurs confirmé lundi matin qu’il abaissera l’âge d’admissibilité pour le vaccin d’AstraZeneca-Oxford contre la COVID-19, suivant ainsi l'exemple de l’Ontario et de l’Alberta, qui ont tous deux annoncé au cours du week-end qu’ils allaient administrer ce vaccin aux personnes de plus de 40 ans à partir de mardi.

Des changements dans la campagne de vaccination de la province, annoncés la semaine dernière pour mieux faire face à la présence des variants, devraient aussi être précisés mercredi.

Par ailleurs, alors que l’Ontario ferme sa frontière avec le Manitoba et le Québec et demande l’aide des provinces dans sa lutte contre le coronavirus, le premier ministre Brian Pallister n’a pas écarté la possibilité d’y envoyer de l’équipement de protection personnelle et de demander à des employés à la retraite de se porter volontaires pour donner un coup de main à leurs confrères ontariens.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !