•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Collision mortelle : pétition pour améliorer la sécurité sur l’autoroute 30

Des camions et des voitures sur l'autoroute 30.

L'autoroute 30 à Bécancour, à proximité de la voie ferrée

Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

Radio-Canada

Le frère d’un homme mort sur l’autoroute 30 compte lancer une pétition pour améliorer la sécurité sur ce tronçon. Dave Martel, 39 ans, a perdu la vie dans une collision frontale le 23 mars dernier à Bécancour.

Dany Martel, qui habite dans ce secteur depuis sept ans, dit avoir vu et entendu parler de plusieurs accidents graves.

Il trouve insensé que les gros véhicules soient obligés de s'arrêter près de la voie ferrée à cet endroit, ce qui crée des situations potentiellement dangereuses en raison de la configuration de la route. 

Je trouve ça inconcevable que, sur une autoroute qui a juste une voie dans chacune des directions, on oblige l'arrêt complet des camions de matières dangereuses et des autobus, moi, je trouve que ça n’a pas de sens, clame-t-il.

Dany Martel suggère que la voie soit élargie à cet endroit pour que les automobilistes ne soient pas tentés de faire des dépassements risqués.

Les gens sont pressés d’être pressés, donc ils font des manoeuvres téméraires pour essayer de rattraper les 2 minutes qu'ils ont perdues à l’intersection de la voie ferrée, parce qu’il y a un véhicule qui s’est arrêté. Alors moi, je pense qu’il devrait y avoir, au minimum, un élargissement à la voie ferrée [...] pour laisser le monde circuler.

Une citation de :Dany Martel, en entrevue à l’émission « Toujours le matin »

Des études sur ce tronçon de l'autoroute 30 au Centre-du-Québec sont actuellement menées par le ministère des Transports du Québec (MTQ). Les analyses sont toujours en cours, on ne sait pas quand les conclusions seront connues.

Par ailleurs, une campagne de sociofinancement a été lancée par la famille pour venir en aide à la conjointe de la victime et à leurs trois enfants. « Concrètement, il s'agit d'offrir des repas préparés, des cartes-cadeaux d’épicerie, d’essence, de restaurant et d'activités ainsi que de trouver une équipe pour l'entretien de la maison, du terrain/ferme et terminer la construction de la maison », peut-on lire dans la description de la campagne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !