•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba abaisse l'âge d'admissibilité au vaccin d'AstraZeneca à 40 ans

Une fiole contenant le vaccin d'AstraZeneca.

Au Canada, le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) recommande de ne pas inoculer le vaccin d'AstraZeneca aux personnes de moins de 55 ans, pour des raisons de sécurité.

Photo : Associated Press / Christophe Ena

Le Manitoba va abaisser l’âge d’admissibilité au vaccin d’AstraZeneca-Oxford contre la COVID-19, confirme lundi matin un porte-parole du gouvernement.

Le Manitoba suit ainsi l,exemple de l’Ontario et de l’Alberta, qui ont tous deux annoncé au cours du week-end qu’ils allaient administrer ce vaccin aux personnes de plus de 40 ans à partir de mardi.

Auparavant, l’âge avait été fixé à plus de 55 ans, après la découverte de rares cas de caillots sanguins chez les personnes plus jeunes survenus en Europe, notamment.

Santé Canada a approuvé ce vaccin pour les plus de 18 ans en février, mais le Comité consultatif national de l’immunisation avait récemment recommandé de ne pas l'utiliser chez les moins de 55 ans.

Des milliers de doses en attentes d’être inoculées

La mesure entre en vigueur lundi, précise la province dans un communiqué.

Des dizaines de milliers de doses du vaccin d’AstraZeneca-Oxford sont toujours dans des pharmacies et des cliniques réparties partout dans la province, assure la ministre de la Santé, Heather Stefanson.

Elle s’attend à ce que le nombre de doses administrées augmente rapidement au cours des prochains jours.

En nous basant sur toutes les preuves scientifiques disponibles dans le monde à l’heure actuelle, nous continuons de penser que les bienfaits du vaccin AstraZeneca-Covishield sont supérieurs aux risques, pour la protection contre la COVID-19, affirme, pour sa part, Joss Reimer, médecin en chef du ministère de la Santé et des Aînés et responsable du groupe de travail du Manitoba sur la campagne de vaccination contre la COVID-19.

Elle estime que la décision d'avancer l'âge de l’admissibilité pour ce vaccin permettra d’atteindre plus de Manitobains, plus rapidement.

Hésitations liées au vaccin d’AstraZeneca

En conférence de presse, le médecin hygiéniste en chef du Manitoba, Brent Roussin, a reconnu entendre parler d’hésitations liées spécifiquement au vaccin d’AstraZeneca-Oxford.

Le risque accru de transmission, la troisième vague qui arrive et le risque d’avoir des complications dues à la COVID-19 font en sorte que les bénéfices apportés par le vaccin sont largement supérieurs aux risques, a-t-il tenté de rassurer.

Brent Roussin a aussi affirmé que la province continuera de baisser l’âge d'admissibilité aux vaccins dans les supercentres de vaccination, ainsi que celui pour le vaccin d’AstraZeneca.

On est au début de la troisième vague. Notre meilleure chance est de se faire vacciner dès que possible, peu importe le vaccin.

Une citation de :Dr Brent Roussin, médecin hygiéniste en chef du Manitoba

Le Manitoba accroît les dépistages rapides

Le gouvernement a, par ailleurs, lancé un programme de dépistage rapide pour soutenir les entreprises et les fournisseurs de services essentiels.

Nous travaillons en partenariat avec des entreprises et des services essentiels du Manitoba pour tirer le meilleur parti de notre offre de tests rapides dans le but d'identifier les cas asymptomatiques de COVID-19 sur le lieu de travail et dans d'autres environnements essentiels qui, autrement, ne seraient pas détectés, affirme Heather Stefanson dans un communiqué.

Le programme se base sur le service Fast Pass, déjà en place pour dépister rapidement les employés de l’éducation, et se concentrera sur des industries ciblées et à des fournisseurs de services essentiels dans les milieux autres que les soins de santé.

Cela comprend des organismes tels que la Fondation manitobaine de lutte contre les dépendances, le Service d’incendie du Manitoba, l’entreprise Winkler Meats, la minière Alamos Gold et Air Canada.

La province a fourni du matériel pour trois mois aux entreprises participantes. Ces dernières seront responsables de l’administration des tests et le signalement des cas de COVID-19 au gouvernement.

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !