•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un niveau record de mauvaise qualité de l'air dans une classe sans ventilation

Radio-Canada dévoile les pires résultats des tests de dioxyde de carbone (CO2) dans les écoles du Québec.

Classes modulaires de l'école du Petit-Chapiteau, dans le quartier Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, à Montréal.

Classes modulaires de l'école du Petit-Chapiteau, dans le quartier Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, à Montréal

Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

Avec 3948 parties par million (ppm) de CO2 mesurées en présence des élèves, soit quatre fois la limite fixée par le ministère de l'Éducation du Québec, le cas de l'école montréalaise du Petit-Chapiteau prouve à lui seul l'importance de bien ventiler une classe pour assurer la qualité de l'air.

Le 2 février, le temps est humide à l'extérieur et le thermomètre affiche trois degrés sous zéro dans le quartier Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

L'enseignant présent dans la classe modulaire trouve qu'il fait froid à l'intérieur. En plus de garder les fenêtres fermées, il décide d'éteindre manuellement le système de ventilation à apport d'air frais.

Lorsque la première mesure de CO2 est faite à l'heure du midi, avant l'arrivée des élèves, le niveau est correct : 621 ppm.

Mais après l'arrivée des 23 élèves, au milieu de cours, la qualité de l'air s'est fortement dégradée : 3948 ppm.

Il s'agit du niveau de CO2 le plus élevé que nous ayons constaté parmi les résultats dévoilés pour le moment par les centres de services scolaires du Québec [voir plus bas].

Le ministre de l'Éducation Jean-François Roberge a promis de rendre public un portrait complet de toutes les écoles de la province, dans les prochains jours.

Dans sa directive aux écoles, Québec demande de respecter une concentration de 1000 ppm pour garantir une bonne qualité de l’air, car un taux de CO2 supérieur nuit à la réussite éducative.

L’Institut national de santé publique du Québec dit que la transmission [du virus de la COVID-19] est augmentée dans les espaces restreints, ventilés de façon inadéquate, à forte densité d’occupants et lorsque la durée d’exposition est prolongée.

Classes modulaires de l'école du Petit-Chapiteau, dans le quartier Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, à Montréal.

Les classes modulaires de l'école du Petit-Chapiteau ont un système de ventilation avec apport d’air frais, en plus des fenêtres.

Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

Lors du test à l'école du Petit-Chapiteau, le protocole a été respecté. Après la deuxième mesure, fenêtres fermées au milieu du cours, le technicien a ouvert les fenêtres durant 20 minutes, comme requis pour la troisième mesure. Le niveau de CO2 est alors redescendu à 871 ppm.

À notre connaissance, il n'y a pas eu d'éclosion dans cette école depuis le début de la pandémie.

La direction avait demandé d'ouvrir les fenêtres

Même si ce n'est pas recommandé pendant le cours par la santé publique et le ministère de l'Éducation, le Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM) avait demandé d'ouvrir les fenêtres en tout temps, une façon de faire critiquée.

Une enquête de Radio-Canada a montré que cette pratique a été largement utilisée lors des tests par plusieurs CSS, ce qui a eu pour effet d'abaisser les résultats.

« Comme tout était revenu normal avec l’application de la directive d’ouverture des fenêtres, les classes ont pu se poursuivre normalement », explique le porte-parole du CSSDM Alain Perron.

Une technicienne est retournée sur place le vendredi 5 février pour rependre les mesures, et les résultats affichaient 809 ppm pendant la présence de 25 personnes. On constate dans le rapport détaillé que les quatre fenêtres ont alors été maintenues ouvertes à 100 % avant et pendant la présence des élèves.

Parallèlement, la compagnie propriétaire des modulaires a été avisée d’intervenir rapidement sur le système de ventilation. Un bris du système a nécessité une intervention qui a été effectuée le 10 février.

Une citation de :Alain Perron, porte-parole du Centre de services scolaire de Montréal

« Les enseignants ont été informés du fonctionnement du système et un rappel de la directive d’ouverture des fenêtres a été fait », dit le porte-parole du CSSDM. « Depuis, un suivi a été fait et aucune situation problématique n’a été soulevée. »

Transparence à géométrie variable

Seulement le tiers des centres de services scolaires (CSS) du Québec ont publié les données brutes de leurs échantillonnages, école par école, comme l'a fait le CSSDM.

Ailleurs, on retrouve presque autant de façon de présenter les données qu’il y a de CSS, ce qui les rend difficilement comparables.

Certains ont présenté uniquement une des trois mesures, d’autres, la moyenne, d’autres encore, le nombre d'occurrences par niveaux de ppm.

Le ministère avait pourtant exigé de chacun qu’il lui remette un fichier Excel complet avant le 22 mars, mais ces fichiers n’ont pas toujours été transmis aux parents et au public.

Québec avait passé ce message aux CSS : « L’important est de communiquer ces résultats. La forme vous appartient ».

Le ministère n’a pas de portrait précis des correctifs apportés

Au-delà de 1000 ppm, les CSS devaient mettre en place des actions correctives, comme la réalisation de travaux (percer des plexiglas, par exemple), l’ajout d’équipement (ventilation mécanique, échangeur d’air), la fermeture de classes ou la diminution du nombre d’élèves dans une salle.

Au-delà de 1500 ppm, les correctifs devaient être effectués dans le mois suivant (donc au plus tard le 15 avril) et, au-delà de 2000 ppm, les CSS devaient prendre ces mesures dans la semaine suivante et en aviser le ministère de l'Éducation.

Pourtant, le ministère n’a pas été en mesure de nous dire si tous les correctifs ont été réalisés et quel est le pourcentage d'avancement. Québec nous a redirigé vers les CSS.

[Les CSS] ont toute l’expertise nécessaire et le financement adéquat pour réaliser les travaux et suivre les opérations d’entretien dès qu’une situation survient, explique le porte-parole du ministère, Bryan St-Louis.

Le ministère effectue un suivi auprès des CSS et CS pour les cas les plus problématiques pour s’assurer que des correctifs ont été effectués ou qu’ils sont en voie de l’être.

Une citation de :Bryan St-Louis, porte-parole du ministère de l’Éducation du Québec

Aucun compromis n’est fait pour s’assurer que les élèves puissent étudier dans des lieux sécuritaires, soutient le ministère.

Une centaine d'échangeurs d'air ont été distribués par le gouvernement dans des classes mal ventilées, mais plusieurs autres sont gardés en réserve. Jeudi, le ministre Roberge ignorait combien étaient encore disponibles.

Résultats au-delà de 3000 ppm

Résultats au-delà de 2000 ppm

Résultats au-delà de 1500 ppm

  • Centre de services scolaire des Trois-Lacs : Maximum de 1937 ppm à l'école Sainte-Madeleine, à Vaudreuil-Dorion

Résultats au-delà de 1000 ppm

Résultats sous les 1000 ppm

  • Centre de services scolaire de la Moyenne-Côte-Nord : Toutes les mesures inférieures à 1000 ppm, selon le CSS, mais les données n'ont pas été publics
  • Résultats à consulter école par école

    Résultats non publiés ou introuvables

    • Centre de services scolaire De La Jonquière : Notre CSS compte informer tous les parents avant de déposer les informations sur notre site Web, ou encore avant de les transmettre aux journalistes.
    • Centre de services scolaire du Fleuve-et-des-Lacs : Résultats introuvables
    • Centre de services scolaire de la Baie-James : Résultats introuvables
    • Centre de services scolaire de Lac-Abitibi : Résultats introuvables
    • Centre de services scolaire de Sorel-Tracy : Résultats introuvables
    • Centre de services scolaire des Hautes-Laurentides : Résultats introuvables
    • Centre de services scolaire des Hautes-Rivières : Résultats introuvables
    • Centre de services scolaire des Hauts-Cantons : Résultats pas encore publics
    • Centre de services scolaire des Îles : Résultats introuvables
    • Centre de services scolaire des Laurentides : Résultats pas encore publics
    • Centre de services scolaire des Chic-Chocs : Résultats pas encore publics
    • Centre de services scolaire des Bois-Francs : Résultats introuvables
    • Centre de services scolaire du Fer : Résultats introuvables
    • Centre de services scolaire du Lac-Saint-Jean : Résultats pas encore publics
  • Centre de services scolaire du Littoral : Résultats introuvables
    • Centre de services scolaire du Pays-des-Bleuets : Résultats introuvables
    • Centre de services scolaire René-Lévesque : Résultats introuvables
    • Centre de services scolaire des Draveurs : Résultats introuvables

    Avec la collaboration de Naël Shiab

    Vos commentaires

    Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !