•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jeux du Commonwealth : Hamilton se rabat sur les Jeux de 2030 après un refus de l'Ontario

Des athlètes prennent part à l'épreuve de course sur 10 000 mètres lors des Jeux du Commonwealth en 2018 à Gold Coast, en Australie.

Les derniers Jeux du Commonwealth ont eu lieu en 2018 à Gold Coast, en Australie.

Photo : Associated Press / Mark Schiefelbein

La Ville de Hamilton a officiellement tiré un trait sur son projet d'organiser les Jeux du Commonwealth en 2026. Le comité de candidature hamiltonien dit qu'il concentrera désormais ses efforts sur une proposition pour accueillir l'édition de 2030.

Louis Frapporti, qui préside le comité de candidature Hamilton 100, a confirmé la nouvelle à Radio-Canada, lundi.

Nous ne poursuivons plus une candidature en 2026 parce que, malgré le soutien du gouvernement fédéral et le fait que nous avons formulé un plan beaucoup plus économe, la province de l'Ontario, dans toute sa sagesse, a décidé qu'elle ne soutiendrait pas financièrement une candidature en 2026, explique-t-il.

En octobre, la ministre des Industries du patrimoine, du sport, du tourisme et de la culture de l'Ontario, Lisa MacLeod, avait dit que la province n'avait pas l'intention d'aider à financer deux événements sportifs d'envergure en 2026. Elle disait préférer la Coupe du monde de la FIFA,qui sera organisée conjointement par le Canada, les États-Unis et le Mexique, aux Jeux. Elle a confirmé sa position il y a trois semaines, dit Louis Frapporti.

Hamilton ne faisait face à aucune compétition pour accueillir les Jeux dans cinq ans. La Fédération des Jeux du Commonwealth (FJC) les avait carrément offerts à la ville ontarienne après que la pandémie eut miné les plans des autres villes intéressées.

Le comité Hamilton 100 avait retranché quelque 400 millions de dollars à son budget initial de 1,4 milliard $ dans l'espoir d'obtenir l'appui du gouvernement provincial. Il se tourne désormais vers une proposition pour 2030, à laquelle l'Ontario dit être favorable.

On voulait la certitude des Jeux de 2026 parce qu'on jugeait que la région avait besoin de ce boost économique le plus rapidement possible, souligne le président du comité.

Un porte-parole de la fédération affirme qu'un dialogue positif est en cours concernant l'intérêt de Victoria, la capitale de la Colombie-Britannique, pour sauver les Jeux de 2026. D'autres villes démontreraient aussi de l'intérêt.

Retour à la case départ

Six personnes défilent avec un grand drapeau blanc de la Fédération des Jeux du Commonwealth.

La Ville de Hamilton a accueilli la première édition des Jeux du Commonwealth, en 1930.

Photo : Associated Press / Mark Schiefelbein

Maintenant que ses plans pour les Jeux de 2026 sont tombés à l'eau, le comité de candidature Hamilton 100 dit qu'il revient à sa cible initiale, soit l'organisation de l'édition centenaire des Jeux.

L'événement a une importance particulière pour la ville puisque c'est à Hamilton, en 1930, que les Jeux du Commonwealth ont vu le jour. Ils n'ont eu lieu que trois autres fois au Canada depuis, soit en 1954 à Vancouver, en 1978 à Edmonton et en 1994 à Victoria.

Le maire de Hamilton, Fred Eisenberger, a réaffirmé à Radio-Canada son appui envers une candidature de Hamilton en 2030.

Si notre candidature est retenue, les Jeux reviendraient à Hamilton, où ils ont vu le jour […]. C'est ce que le conseil de ville souhaitait dès le départ, dit-il.

La candidature de Victoria en 2026 pourrait toutefois poser problème pour Hamilton puisque selon les règles établies, un pays ne peut pas accueillir deux éditions d'affilée des Jeux.

L'édition de 2030 est aussi fort convoitée par d'autres pays du Commonwealth. L'Australie, la Malaisie, l'Inde et Singapour seraient tous intéressées, selon Jeux du Commonwealth Canada.

La candidature pour 2030 devra rivaliser avec celle des autres pays. Nous n'aurons pas le luxe de faire ça à rabais. Le coût pour ces Jeux sera plus élevé que pour ceux de 2026. Je pense que ce sera près du coût initial envisagé, soit 1,5 milliard $. Cela dit, notre candidature sera ajustée en fonction de ce que nous avons appris en travaillant sur une proposition pour 2026. On tentera d'aller chercher beaucoup plus d'aide d'investisseurs privés, indique le président du comité Hamilton 100, Louis Frapporti.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !