•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retour à l'école en ligne fait grimper la demande d'ordinateurs gratuits

Une jeune femme tient un ordinateur.

Une élève de 9e année, Amal Yehya, brandit son nouveau portable.

Photo : Radio-Canada / Terri Trembath / CBC

Radio-Canada

Alors que des milliers d’élèves de Calgary reprennent l’école à la maison lundi, un organisme qui donne des ordinateurs usagés aux familles dans le besoin dit que la demande est très forte.

Le Youth Empowerment and Skills Centre de Calgary amasse les ordinateurs et les portables neufs ou à donner depuis le début de la pandémie. Son directeur général, Gar Gar, dit que l'organisme a été submergé d'appels de familles à faible revenu après l’annonce par la province que les cours allaient reprendre en ligne à Calgary.

Quand il s'agit d'une famille qui a quatre enfants ou cinq enfants et que tous ont besoin d'un appareil, les coûts montent vite. Un ordinateur portable usagé coûte près de 300 $, et il leur faut cinq ordinateurs portables, explique-t-il.

Les élèves du secondaire de la 7e à la 12e année des conseils scolaires public et catholique de Calgary doivent suivre des cours à la maison après un hausse marquée des nouveaux cas de COVID-19 ces dernières semaines. Les élèves du secondaire de Fort McMurray doivent aussi recourir à l'école à la maison pendant deux semaines.

Gar Gar dit que son organisme a reçu plus de 80 portables et ordinateurs usagés, ainsi qu’un don de plus de 2000 $ qui a permis d’acheter de nouveaux ordinateurs.

Amal Yehya, qui est en 9e année, a six frères et sœurs. Sa sœur jumelle et sa sœur aînée, qui est en 11e année, suivent des cours en ligne. Sa famille fait partie de celles qui ont reçu un nouvel ordinateur.

Ça va vraiment nous aider parce que nous n’avons pas d'ordinateurs. J’étais nerveuse de savoir comment j’allais pouvoir aller à l’école, dit Amal Yehya.

Ma soeur jumelle et moi allons partager cet ordinateur, c'est bien. Mais je ne sais pas comment ma sœur aînée va faire , dit-elle.

Gar Gar souligne que son organisme a une liste d'attente et il encourage le public à continuer de faire des dons.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !