•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les provinces de l'Atlantique évaluent l'aide qu'elles peuvent offrir à l'Ontario

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, observe une infirmière préparer une dose du vaccin contre la COVID-19.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, observe une infirmière préparer une dose du vaccin contre la COVID-19 (archives).

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

Les provinces de l'Atlantique se penchent sur la possibilité d’envoyer des infirmières pour prêter main-forte en Ontario, aux prises avec une augmentation importante de cas de COVID-19.

L’Ontario enregistre 4447 nouveaux cas de COVID-19 lundi. De plus, 2202 personnes sont hospitalisées. Le virus a coûté la vie à 7735 Ontariens depuis le début de la pandémie.

Un homme montre un graphique.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, montre un graphique illustrant une projection du nombre de cas de COVID-19 dans la province lors d'une conférence de presse le 16 avril 2021 à Toronto.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Les quatre provinces de l’Atlantique comptabilisent pour leur part un total de 42 nouveaux cas de COVID-19 le même jour.

Au Nouveau-Brunswick, le gouvernement progressiste-conservateur de Blaine Higgs dit évaluer la demande d'aide. Toutefois, il veut s'assurer que la sécurité des Néo-Brunswickois ne sera pas compromise.

Le Parti vert et le Parti libéral du Nouveau-Brunswick croient que la pénurie de professionnels de la santé dans la province ne permet pas de fournir l’aide demandée.

La société médicale du Nouveau-Brunswick estime pour sa part que la province - qui doit déjà gérer une grave pénurie d'infirmières - ne dispose pas des ressources nécessaires pour soutenir efficacement une province comme l'Ontario.

La médecin hygiéniste en chef de la province, la Dre Jennifer Russell, a indiqué lundi matin que la province devrait prendre une décision rapidement en ce qui concerne l’appel de l’Ontario. Elle n'a toutefois pas précisé quelle forme pourrait prendre cet appui.

Dans deux autres provinces de l’Atlantique, on évalue aussi ce qui pourrait être fait, tout en craignant de manquer de bras à la maison.

Le ministère de la Santé évaluera quelles ressources pourraient être disponibles, a répondu le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Iain Rankin.

Même son de cloche du côté de l'Île-du-Prince-Édouard, où le premier ministre Dennis King veut voir ce que sa province pourra faire, mais souligne que cette aide sera minimale, compte tenu des ressources disponibles.

Il n'y a que Terre-Neuve-et-Labrador qui semble plus ouverte à cette possibilité. Le premier ministre Andrew Furey affirme que sa province est prête à offrir toute l'aide nécessaire à l’Ontario, qu'il s'agisse de ressources humaines ou d'équipements.

Appel à la solidarité

Le ministre des Affaires intergouvernementales Dominic LeBlanc a tenu un point de presse dimanche avec certains de ses collègues pour demander aux provinces de prêter main-forte à l’Ontario, aux prises avec une augmentation des cas de COVID-19 et des hospitalisations liées à la maladie.

Portrait de Dominic LeBlanc. Derrière lui se trouvent deux drapeaux canadiens.

Le député libéral de Beauséjour et ministre des Affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc, fait appel à la solidarité entre les provinces (capture d'écran).

Photo : Radio-Canada

Je peux vous dire que les premiers ministres des autres provinces à qui j’ai parlé sont préoccupés par ce qui se passe en Ontario. […] Dans un moment comme celui-ci, le pays en entier se dit : comment pouvons-nous faire pour aider l’Ontario?, a indiqué le ministre LeBlanc.

Certaines provinces envisagent l’envoi de personnel médical, entre autres pour combler la pénurie de personnel dans les hôpitaux ontariens.

Pas de promesse pour le partage des vaccins

Pour ce qui est de la redistribution de doses de vaccin, l'Île-du-Prince-Édouard, la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador excluent l'envoi de vaccins en Ontario. Le Nouveau-Brunswick étudiera pour sa part la demande mercredi lors de son comité COVID, mais ne promet rien.

Je ne crois pas que l'on doive rejeter [la demande], ce n'est pas la manière canadienne, a mentionné vendredi le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs. Nous devons nous demander ce que nous pouvons faire pour aider.

Le chef intérimaire du Parti libéral du Nouveau-Brunswick, Roger Melanson, croit que les premières et deuxièmes doses de vaccins de la province devraient être administrées aux gens du Nouveau-Brunswick pour les immuniser. Par la suite, s’il y a des vaccins qui sont disponibles, alors une décision pourra être prise de partager des vaccins, dit-il.

Avec les informations de l'émission La Matinale d'ICI Acadie et de Michel Corriveau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !