•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ministre des Finances souligne ses capacités d'écoute

La ministre Selina Robinson avec le premier ministre John Horgan en arrière-plan.

La ministre des Finances, Selina Robinson, présentera son premier budget mardi.

Photo : Mike McArthur / CBC

Radio-Canada

La ministre des Finances de la Colombie-Britannique, Selina Robinson, assure que sa formation de thérapeute familiale l’a aidé à développer le premier budget provincial depuis la pandémie de COVID-19 qu’elle présentera mardi.

Ses capacités d’écoute et de construction relationnelle ont été précieuses, dit-elle, pour un budget qui vise à s'occuper des gens et à paver le chemin vers un redressement économique.

En décembre, la ministre prévoyait un budget déficitaire de 13,6 milliards de dollars, soit plus que les prévisions de septembre qui s'attendaient à un déficit de 12,8 milliards de dollars.

Selina Robinson, qui détient une maîtrise en psychologie clinique, indique que son expérience de travail auprès des familles l’a aidé à préparer un budget qui reflète les inquiétudes et les souhaits des Britanno-Colombiens à l’heure de la pandémie.

Je suis formée pour observer la dynamique entre les gens et pour construire des relations, explique-t-elle. J’ai trouvé que cette formation m’aide considérablement dans mon travail. Je suis également formée pour écouter, ce qui m'a aidé à écouter différents groupes et mes collègues.

L’écoute des entreprises, des défenseurs sociaux et des familles a permis de déterminer les priorités de ce budget, dit-elle, en ajoutant que le gouvernement ne veut laisser personne derrière.

Nous voulons nous assurer que tous les enfants ont à manger. Nous voulons que les entreprises puissent planifier leur futur et nous voulons que les gens soient en sécurité et en santé, illustre Selina Robinson.

L’opposition demande des changements

Le Parti libéral a souvent critiqué la gestion de la pandémie par le gouvernement néo-démocrate comme étant lente et imprécise.

Selon le parti d'opposition, le budget a besoin d’un plan de relance économique qui inclut des engagements envers d’importants projets d’infrastructures comme le remplacement du tunnel George Massey dans la région de Vancouver.

Le gouvernement néo-démocrate a retardé plusieurs projets d’infrastructure vitaux depuis son arrivée au pouvoir, démontrant que, contrairement à ce qu’ils disent, ces projets n’ont pas été une priorité. Il est temps que cela change, écrit dans un communiqué Michael Lee, le porte-parole libéral en matière des transports.

La branche provinciale du Centre canadien des politiques alternatives demande quant à elle plus d’investissement pour les transports en commun, les écoles et l’habitation. L'organisme souhaite aussi qu'une priorité soit donnée aux investissements en santé mentale ainsi qu'en programmes de soin pour les enfants et les aînés.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !