•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ontario : les pharmaciens veulent vacciner les moins de 55 ans immédiatement

Vaccin AstraZeneca.

Certains pharmaciens affirment avoir de la difficulté à trouver des patients de plus de 55 ans à vacciner. (Archives)

Photo : Getty Images / SOPA Images

Radio-Canada

L'Association des pharmaciens de l'Ontario exhorte la province à permettre aux pharmaciens d'administrer le vaccin AstraZeneca aux personnes de moins de 55 ans, car le nombre de doses qui trainent dans les frigos continue d'augmenter.

Nous pensons que c'est un vaccin sûr et efficace et que les avantages l'emportent sur les risques, a déclaré le PDG de l'association, Justin Bates.

Nous pensons qu'il est important de lever la restriction d'âge, de donner la priorité aux travailleurs essentiels et de le distribuer à autant de personnes que possible. Nous ne voulons pas de gaspillage.

Le pharmacien torontois Kyro Maseh a 160 doses du vaccin d'AstraZeneca dans le réfrigérateur de sa pharmacie. La date d'expiration est fixée au mois prochain, a-t-il déclaré à CBC News dimanche matin.

Il affirme avoir de la difficulté à trouver des patients de plus de 55 ans à vacciner. En vertu des règles actuelles de la province, il doit continuer à refuser des personnes plus jeunes qui cherchent désespérément à se faire vacciner.

J'ai été témoin de personnes qui se sont effondrées en pleurs dans ma pharmacie et m'ont supplié de les vacciner parce qu'elles ont peur d'aller au travail. Je ne peux rien y faire, a déclaré M. Maseh.

L'appel de l'association est repris par des médecins de tout le Canada qui disent vouloir également que le critère d'âge d'AstraZeneca soit abaissé à 35 ou 45 ans. Le Québec et l'Alberta ont tous deux déclaré la semaine dernière qu'ils envisageaient ce changement.

En Ontario, le premier ministre Doug Ford attend une décision fédérale avant d'élargir l'admissibilité à AstraZeneca, selon son attachée de presse Ivana Yelich.

Les vaccins sont notre seul moyen de sortir de cette pandémie et le premier ministre épuisera toutes les voies possibles afin de mettre plus rapidement plus de seringues dans les bras des Ontariens, a-t-elle déclaré.

Cependant, chaque province a le pouvoir de modifier la tranche d'âge à tout moment. Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) ne fait que des recommandations sur l'admissibilité aux vaccins. 

AstraZeneca est sûr, selon Santé Canada

Plus tôt ce printemps, le CCNI a recommandé que l'AstraZeneca soit réservé aux personnes âgées de 55 ans et plus. On estime que les chances de contracter un caillot sanguin en raison du vaccin se situent entre 1 sur 100 000 et 1 sur 250 000.

Le CCNI examine actuellement de nouvelles informations provenant de Santé Canada. L'agence de santé a annoncé cette semaine qu'elle avait déterminé que l'AstraZeneca était sûr et qu'elle ne limiterait pas son utilisation dans des populations spécifiques. 

Selon M. Maseh, le scénario idéal serait que les vaccins soient mis à la disposition de tous les adultes et que les pharmacies soient autorisées à administrer également les vaccins Pfizer et Moderna. 

Nous avons la capacité de le faire, a déclaré M. Maseh. 

En général, les personnes âgées de 55 ans et moins travaillent et sont donc susceptibles de contracter la COVID-19, a expliqué M. Maseh. Il ajoute que les personnes de moins de 50 ans n'ont que peu de possibilités de se faire vacciner : elles doivent vivre dans un point chaud et pouvoir se rendre dans une clinique mobile.

Lorsque ces personnes vulnérables se présentent à sa pharmacie dans l'espoir de se faire vacciner, M. Maseh explique qu'il doit les refuser. 

Je leur dis de tenir bon et d'attendre, en espérant que les règles changent, a-t-il dit. Il n'y a rien de plus que je puisse faire. Le leadership doit venir du ministère.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !