•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une équipe féminine à la conquête de l’un des plus hauts sommets du Canada

Pascale Marceau et Eva Capozzola posent au pied d'une montagne.

Pascale Marceau (à gauche) et Eva Capozzola (à droite) prévoient atteindre le sommet du mont Lucania et en revenir en 16 jours.

Photo : Michael Schmidt

Radio-Canada

Deux alpinistes canadiennes sont prêtes à tout pour se lancer à la conquête de l’un des plus hauts sommets du pays, y compris passer deux semaines en isolement loin de leurs proches à Whitehorse avant d’entreprendre l’ascension.

L’Ontarienne Pascale Marceau et la Britanno-Colombienne Eva Capozzola veulent atteindre le sommet du mont Lucania, au Yukon, la troisième plus haute montagne du Canada, qui culmine à 5226 mètres d’altitude.

C’est parce qu’il est attirant, confie Pascale Marceau. « Il n’est pas parmi les plus fréquentés.

Ils sont effectivement peu nombreux à s’attaquer au mont Lucania, puisqu’il se trouve dans l’ombre de la plus haute montagne du pays, le mont Logan.

La paire s’est envolée vers le camp de base jeudi et devra affronter des conditions parfois difficiles, a expliqué Eva Capozzola avant le départ.

Il y a beaucoup de vent dans ce secteur, donc on devra voir comment le vent a déplacé la neige, comment il affecte les conditions, note-t-elle.

On doit simplement le prendre une journée à la fois et utiliser notre jugement.

Alpinisme en pandémie

La pandémie de COVID-19 a toutefois eu un impact sur la préparation des deux femmes.

Avant de se lancer en montagne, les alpinistes ont notamment dû passer deux semaines en isolement à Whitehorse.

Elles ont également été contraintes de se préparer séparément, ajoute Mme Marceau.

Nous n’avons pas pu grimper beaucoup ni s’occuper de la logistique ensemble, donc ces deux semaines ont été merveilleuses. On a pu se préparer, revoir notre matériel et nous reposer.

Le duo estime que son ascension à environ 16 jours, incluant le transport vers le camp de base.

Elles se sont tout de même assuré d’avoir avec elles suffisamment de nourriture et de carburant pour tenir 22 jours, au cas où. Elles ont également prévu des vivres pour pouvoir passer une dizaine de jours au camp de base en cas de mauvais temps à leur retour.

Première équipe féminine

Bien que ce soit la seconde tentative de Pascale Marceau, le duo espère devenir la première équipe entièrement féminine à atteindre le sommet.

À ce qu’on sache, il n’y a jamais eu d’équipe entièrement féminine à monter cette montagne. Ça rend [notre périple] spécial pour nous, précise-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !