•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Portrait-robot : une histoire très personnelle pour la comédienne Rachel Graton

La comédienne derrière un micro dans un studio de radio. Elle porte des écouteurs.

Rachel Graton

Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Radio-Canada

Dans la nouvelle série policière de Club illico Portrait-robot, Rachel Graton joue le rôle d’une portraitiste judiciaire, un métier méconnu, mais que la comédienne a découvert dans un moment difficile de sa vie personnelle.

Très rares, les portraitistes judiciaires, qui aident les victimes de crimes à dresser le portrait de suspects, ne seraient qu’une dizaine au pays. Au Québec, il y en aurait trois, selon la police de Montréal.

Portrait-robot, une série menée par le couple formé de Sophie Lorain et Alexis Durand-Brault, met en vedette Ève Garance (Rachel Graton), une artiste qui est devenue portraitiste judiciaire après avoir vécu un drame personnel, soit la disparition de son fils.

Mais la série elle-même est inspirée de la pièce de Rachel Graton La nuit du 4 au 5 (2018). Dans cette pièce, la victime d’une agression doit fouiller dans sa mémoire pour tenter de reconstruire la chronologie des événements et le visage de son agresseur.

J’ai déjà eu à faire un portrait-robot, personnellement, dans ma vie, et donc je me suis retrouvée dans le siège en face [de la portraitiste judiciaire], a expliqué Rachel Graton au micro de René Homier-Roy à l’émission Culture club.

J’étais là en tant que victime et j’ai dû, dans un moment de trauma, essayer de faire un portrait-robot pendant des heures.

Écrire une pièce ou jouer un rôle autour de ce sujet difficile a été libérateur, selon Rachel Graton.

Le bobo est guéri, parce que sinon, je ne crois pas que j’aurais pu écrire une pièce de théâtre sur ce sujet-là, dit la comédienne. Et c’est beau, je trouve, de pouvoir utiliser un peu de ses expériences, de ses blessures, pour les transcender.

Club illico a lancé les 10 épisodes de 60 minutes de la série sur sa plateforme la semaine dernière.

À consulter également : 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !