•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il est temps d'élargir l'administration du vaccin d'AstraZeneca, selon des experts

Trois fioles du vaccin d'AstraZeneca.

Le vaccin d'AstraZeneca, qui a reçu une mauvaise presse abondante malgré un nombre infime de complications graves, suscite moins d'enthousiasme que les vaccins conçus par Pfizer et Moderna.

Photo : AFP via GETTY / AMIR MAKAR

Le vaccin d’AstraZeneca peine de plus en plus à trouver preneur dans certaines régions du Québec. Des voix s’élèvent pour réclamer que son administration soit maintenant élargie à d’autres groupes d’âge.

La tranche des 55 à 59 ans qui a été vaccinée avec AstraZeneca a très bien répondu, analyse la Dre Marie-France Raynault, spécialisée en médecine sociale. Maintenant, ceux qui restent sont des gens plus hésitants, qui sont un peu plus longs à convaincre.

L’engouement pour le vaccin d’AstraZeneca était fort au moment où le gouvernement l’a proposé sans rendez-vous. Depuis, l’adhésion semble s’essouffler, et certains craignent que les doses prennent la poussière dans les entrepôts.

On a beaucoup d'AstraZeneca, et on est limité, pour le donner, aux 55 ans et plus.

Une citation de :La Dre Marie-France Raynault, spécialiste en médecine sociale

Vendredi, le ministère de la Santé indiquait qu'il restait 72 000 rendez-vous à combler au Québec cette semaine, tous types de vaccins confondus.

En Chaudière-Appalaches, la santé publique avait l’objectif d’administrer 5000 doses du vaccin britannique au cours de la fin de semaine. Samedi, seulement 569 personnes l’ont reçu. Le CISSS espère écouler le reste au cours de la semaine.

Ça serait bien qu’on élargisse aux 45 ans et plus, croit Clémence Ouellet, cheffe de programme pour la vaccination de masse au CISSS de Chaudière-Appalaches.

Un point tournant

Je pense qu'on est à un point névralgique de la campagne de vaccination, estime le virologue Benoit Barbeau. Le gouvernement devra se positionner [...] : est-ce qu'il continue de suivre les recommandations du Comité canadien sur la campagne de vaccination ou est-ce qu’il étend la vaccination à différents groupes d'âge?

À son avis, les risques de développer des complications pour les moins de 55 ans demeurent minimes. Le Canada a administré 700 000 doses du vaccin d’AstraZeneca jusqu’à maintenant. Depuis, le pays rapporte seulement deux cas de thrombose.

Une solution, selon Benoit Barbeau, est d’envisager le mix and match, qui fait présentement l’objet d’analyses.

Si on peut donner le feu vert à l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca comme deuxième dose aux personnes âgées qui ont déjà reçu un autre vaccin, ça pourrait devenir une possibilité d'écouler ces doses.

Une citation de :Benoit Barbeau, virologue et professeur au Département de sciences biologiques de l'UQÀM

Risques minimes pour les moins de 55 ans

Les études internationales montrent que les cas de thrombose sont plus fréquents chez les femmes que chez les hommes. Toutefois, le risque demeure minime, selon Clémence Ouellet.

Les moyens contraceptifs sont plus susceptibles d’engendrer des caillots que le vaccin d’AstraZeneca, souligne-t-elle.

Dans la région de la Capitale-Nationale, les inventaires fondent à vue d'œil et il a même fallu demander 2000 doses supplémentaires pour suffire à la demande.

Toutefois, l’adhésion semble s’effriter, là aussi.

C'est sûr qu'on arrive avec un groupe où les gens sont peut-être un peu moins convaincus de l'efficacité de l'AstraZeneca, indique Patricia McKinnon, responsable de la campagne de vaccination au CIUSSS de la Capitale-Nationale. 

Si on en vient à changer le groupe d'âge, il va falloir nous-mêmes nous réajuster. Je suis convaincue que les 50 à 54 ans vont être très enthousiastes à l'idée de se faire vacciner. C'est une population encore plus active sur le marché du travail. On va attendre l'avis des experts là-dessus.

Une citation de :Patricia McKinnon, responsable de la campagne de vaccination au CIUSSS de la Capitale-Nationale

Le Comité consultatif national de l’immunisation devrait annoncer la semaine prochaine s'il décide de réviser sa position concernant le vaccin en question et s’il recommande finalement de l’administrer aux personnes de moins de 55 ans, suivant ainsi l’avis de Santé Canada.

Bilan encourageant

Par ailleurs, le bilan de la COVID-19 est à la baisse dimanche dans la grande région de Québec. On rapporte un total de 323 nouveaux cas sur la Rive-Sud et la Rive-Nord.

La Capitale-Nationale déplore un décès supplémentaire et compte 184 nouvelles infections.

Après avoir enregistré une hausse de 224 cas samedi, Chaudière-Appalaches en recense 139 dans les dernières 24 heures.

Avec les informations de Marie-Pier Mercier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !