•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un enfant atteint de COVID-19 hospitalisé à l’Île-du-Prince-Édouard

L'entrée de l'urgence de l'hôpital.

L'hôpital Queen Elizabeth, à Charlottetown (archives)

Photo : CBC / Steve Bruce

Radio-Canada

La médecin hygiéniste en chef de l’Île-du-Prince-Édouard annonce dimanche que trois nouveaux cas de COVID-19 viennent d’être dépistés dans la province, et que deux personnes souffrant de la maladie sont maintenant hospitalisées.

Vendredi après-midi, la Dre Heather Morrison signalait la toute première hospitalisation causée par la COVID-19 à l’Île-du-Prince-Édouard depuis le début de la pandémie à cet endroit, en mars 2020.

Dimanche, elle annonçait qu’un enfant de moins de 10 ans avait été déclaré positif et admis à l’hôpital Queen Elizabeth de Charlottetown.

Quant à la personne qui avait été hospitalisée la semaine dernière, elle est entrée aux soins intensifs, précise de plus la Dre Morrison.

Les trois nouveaux cas de COVID-19 confirmés dans la province - celui de l’enfant de moins de 10 ans et ceux de deux adultes - sont associés à un déplacement hors du Canada atlantique, indique la province.

L’enfant était en isolement depuis son retour à l’Île-du-Prince-Édouard. Il n’y a par conséquent aucune exposition au virus, ni dans une école, ni dans une garderie, a spécifié la Dre Morrison.

En revanche, la médecin hygiéniste en chef avertir d’une possible exposition au coronavirus sur le vol 8302 d’Air Canada, qui a fait la liaison entre Montréal et Charlottetown le vendredi 16 avril. La Dre Morrison demande aux passagers de cet appareil de surveiller l’apparition de symptômes et de passer un test de dépistage de la COVID-19 au besoin.

Il y a dimanche 10 cas actifs de COVID-19 connus des autorités de santé publique de l’Île-du-Prince-Édouard.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.