•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les propriétaires de chalets en Ontario devront justifier leur voyage eux-mêmes

Deux chaises vides sur une plateforme flottante sur un lac au coucher du soleil.

Les Manitobains qui souhaitent se rendre à leurs chalets en Ontario n'auront bientôt plus la chance d'y aller. (archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

Les Manitobains qui espèrent obtenir une exemption pour se rendre à leur chalet en Ontario après l'entrée en vigueur des nouvelles règles de cette province devront faire valoir leurs arguments eux-mêmes, selon le président de l’Association manitobaine des propriétaires de chalets, Gus Wruck.

À partir de lundi, les habitants du Manitoba qui désirent se rendre à leur propriété en Ontario ne pourront plus le faire, à moins que leur chalet ne soit leur résidence principale ou qu'ils voyagent pour prévenir des dommages à leur propriété.

L'interdiction des déplacements routiers non essentiels en provenance du Manitoba et du Québec fait partie des nouvelles mesures annoncées vendredi par le premier ministre de l'Ontario Doug Ford. Elle vise notamment à limiter la hausse incontrôlée du nombre de cas de COVID-19.

Nous ne nous mêlerons pas des demandes d'exemption, a déclaré samedi Gus Wruck.

Nous n'allons même pas faire du lobbying pour eux. Ils doivent prendre les démarches eux-mêmes.

La police de l'Ontario mettra en place des points de contrôle pour examiner tous les véhicules aux frontières de la province.

Ces règles interviennent alors que le nombre de cas de variants du coronavirus dans la province ne cesse d'augmenter.

Toute personne qui n'a pas la permission d'entrer ou qui ne répond pas à l'une des rares exceptions à l'interdiction, être un travailleur essentiel ou voyager pour recevoir des soins médicaux, transporter des marchandises ou exercer des droits issus de traités, sera refoulée.

Selon M. Wruck, les membres de son association comprennent l'insatisfaction des propriétaires de chalet, mais ils ne veulent pas du tout s'impliquer dans cette affaire.

Nous n'allons pas en débattre parce que l'Ontario a tout à fait le droit d'établir les nouvelles règles qu'elle souhaite.

Des mesures qui n’ont pas de sens, pour des propriétaires de chalet

Ces nouvelles mesures suscitent l’incompréhension pour certains Manitobains qui passent leurs vacances dans leur chalet en Ontario.

La Winnipégoise Christine Skene déclare qu'elle n'est pas sûre de pouvoir se rendre au chalet de sa famille situé à Kenora cet été.

Je ne pense pas que nous soyons une source de problème en Ontario. Le nord-ouest de l'Ontario est très prudent, mentionne Mme Skene, ajoutant qu'elle fait ses courses à Winnipeg et ne fait aucun arrêt lors de son trajet vers son chalet.

Nous n'avons eu aucune information disant que ces infections étaient dues aux personnes qui venaient. [...] Nous avons une propriété en Ontario, nous payons des taxes en Ontario, et nous pouvons aller à notre propriété sans mettre en danger qui que ce soit, lance-t-elle.

Christine Skene s’inquiète également des conséquences économiques de cette mesure pour les commerces, qui attendaient avec impatience de rouvrir avec le printemps et l’été.

Le déploiement d’agents aux frontières coûtera de l’argent à l'Ontario qui pourrait être utilisé pour accélérer la campagne de vaccination, ajoute-t-elle.

On dirait qu'elles [les autorités sanitaires] se concentrent sur le périmètre de la province plutôt que de cibler les endroits où il y a le plus grand nombre de cas dans leur province.

Les nouvelles règles sont un peu décevantes pour l'instant, mais M. Wruck reste optimiste pour les prochains mois.

J'espère que d'ici le début de l'été, nous aurons un programme de vaccination bien avancé et que les restrictions de voyage seront soulevées.

Avec les informations de Caitlyn Gowriluk, Erin Brohman et Alexia Bille

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !