•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tests de qualité de l’air après l’incendie d’Hébertville-Station

Un camion du centre d'expertise.

Une équipe de chimiste du Centre d’expertise en analyse environnementale du ministère de l’environnement est sur place pour analyser l’air.

Photo : Radio-Canada / Marie-Michèle Bourassa

Radio-Canada

Une équipe de chimistes du ministère de l'Environnement assure le suivi de l'incendie du site d'enfouissement d'Hébertville-Station. Même si le feu est contenu et désormais sans danger, les professionnels effectuent des tests pour évaluer la qualité de l’air dans le secteur.

Compte tenu qu'il y avait un incendie, qu'il y avait des populations pouvant être affectées, on demande notre assistance justement pour prendre des mesures sur le terrain pour vérifier s'il y a besoin d'une évacuation ou non explique le chimiste, Marco Li Fraine.

Ce dernier travaille justement dans le laboratoire mobile TAGA du Centre d'expertise en analyse environnementale. Il n'y en a qu'un seul au Québec, basé à Laval, et son rôle est de mesurer la qualité de l'air après des sinistres.

Un chimiste travaille sur son ordinateur.

Le chimiste analyse l'air après qu'un important incendie se soit déclaré sur le site d'enfouissement technique situé à Hébertville-Station.

Photo : Radio-Canada / Marie-Michèle Bourassa

Les incendies dans les sites d'enfouissement comportent plusieurs risques, notamment l'émanation de gaz toxiques pour l'être humain. Les chimistes mesurent la présence de contaminants dans l'air ambiant du secteur.

On peut mesurer des particules, on peut mesurer des HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques), on peut mesurer des gaz atmosphériques, des contaminants atmosphériques comme le dioxyde de soufre, le dioxyde d'azote, le monoxyde de carbone. Tout ce qui peut être relié à l'incendie, précise Marco Li Fraine.

Les résultats de l'équipe du Centre d'expertise en analyse environnementale seront soumis aux autorités de la santé publique.

Incendie contenu

Une équipe de la Société de prévention des forêts contre le feu a été dépêchée pour donner un coup de main aux pompiers. Selon la Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean, le brasier dégage 60 % moins de fumée que vendredi. Il s'agit d'un événement plutôt rare selon l’organisation.

Des feux d'envergure, il n'y en a pas beaucoup parce qu'on contrôle le plus possible les matières qui entrent. Les gens doivent déclarer quelles sont les matières, donc on accepte pas de matières à risque, mais que voulez-vous, on ne peut pas contrôler tous les camions, tous les détails. Mais, effectivement, un feu de cette envergure-là , ce n'était pas encore arrivé, a reconnu le directeur général de la Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean, Guy Ouellet.

De la fumée est visible au loin.

Le directeur général de la Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean, Guy Ouellet, affirme qu’il n’y a désormais aucun danger pour les citoyens d’Hébertville-Station.

Photo : Radio-Canada / Marie-Michèle Bourassa

Selon un reportage de Marie-Michèle Bourassa

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !