•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opération policière à Longueuil : une femme blessée par son conjoint

Deux véhicules de la police de l'agglomération de Longueuil.

Les policiers ont fermé la rue Conefroy à la circulation lors de leur intervention.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Wagner

Radio-Canada

Une vaste opération policière a tenu les policiers de Longueuil en haleine pendant plusieurs heures samedi après qu'une femme eut été blessée par son conjoint, qui s'est ensuite barricadé. Tout porte à croire qu'il s'agit d'une autre histoire de violence conjugale, alors que le Québec enregistre un nombre alarmant de féminicides depuis le début de l'année.

Les policiers ont été appelés à se rendre rue Conefroy vers 9 h 30 à la suite d'un appel au 911, a rapporté le Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL).

À leur arrivée, ils ont trouvé une femme de 24 ans à l'extérieur d'un immeuble à logements. Elle avait été blessée avec un objet contondant par son conjoint au cours d'un épisode de violence conjugale et a dû être transportée dans un centre hospitalier.

En début d'après-midi, elle a reçu son congé de l'hôpital. Les policiers refusent toutefois de préciser la nature des blessures.

Conjoint barricadé

Son conjoint, un homme de 31 ans, s'était réfugié dans son logement et refusait de répondre aux policiers qui tentaient d'entrer en contact avec lui par téléphone, de vive voix depuis l'extérieur et en frappant à sa porte.

Autos du SPAL à une intersection.

Les policiers de Longueuil sont intervenus rue Conefroy.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Wagner

Les policiers du groupe d'intervention du SPAL sont entrés de force dans le logement en milieu d'après-midi. Il était caché à l'intérieur. Ce n'est pas lui qui a laissé entrer les policiers, a raconté Jean-Pierre Voutsinos, un porte-parole du SPAL, en entrevue avec La Presse canadienne.

Les deux seront interrogés par les enquêteurs, qui pourront ensuite déterminer la nature des accusations à déposer dans ce dossier d'agression armée, a indiqué l'agent Voutsinos.

Les policiers ignoraient lors de l'intervention si le suspect était armé. Un périmètre de sécurité avait été établi et plusieurs logements près de celui du suspect avaient été évacués par mesure de précaution. Les résidents ont pu réintégrer leur logement au terme de l'opération.

Cette agression survient alors que le Québec a enregistré plus de féminicides au cours des quatre derniers mois que durant toute l'année 2020.

Samedi, la mort de Dyann Serafica-Donaire, 38 ans, a été confirmée comme étant le 10e féminicide de l'année dans la province. Son conjoint Richard West, 50 ans, l'a tuée avant de s'enlever la vie. Leurs corps ont été découverts vendredi dans une résidence de Mercier, en Montérégie.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.