•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement Ford précise les pouvoirs de la police et ouvre les terrains de jeu

Doug Ford en conférence de presse.

Le premier ministre de l'Ontario Doug Ford recule sur deux mesures.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

L’Ontario a changé deux mesures annoncées vendredi pour freiner la propagation de la COVID, face aux multiples objections. Ainsi, en vertu de l’ordre de rester à la maison, la police ne pourra interpeller les gens que s’il y a raison de croire que ces derniers participent à un événement public organisé ou à un rassemblement social.

Toute personne doit fournir les informations demandées par un policier ou un agent qui fait appliquer des règlements, a expliqué samedi soir dans un courriel un porte-parole du ministère du Solliciteur général.

Au moins une dizaine de corps policiers avaient déclaré qu’ils n’appliqueraient pas les mesures annoncées vendredi.

L’Association canadienne des libertés civiles a mis en veilleuse le projet de contestation devant les tribunaux des pouvoirs accrus de la police, à la lumière des changements annoncés samedi soir.

Michael Bryant est le directeur général et avocat général de l'Association canadienne des libertés civiles.

Michael Bryant, directeur de l'Association canadienne des libertés civiles

Photo : Radio-Canada / Jacqueline Hansen

Selon son directeur Michael Bryant, qui est un ancien procureur général sous les libéraux provinciaux, l’ordre tel que reformulé samedi est lié à la santé publique et évite les détentions arbitraires.

Le chef libéral Steven Del Duca accuse néanmoins le gouvernement de semer le chaos. Il pense que le premier ministre ne respecte pas les droits de la personne et ne tient pas compte des preuves scientifiques.

Un terrain de jeu pour enfants en été

La province veut éviter que les gens se rassemblent sur les terrains de jeu.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Plus tôt aujourd’hui, le premier ministre Doug Ford a confirmé dans un message sur Twitter que les terrains de jeu seront ouverts.

Il a expliqué que l'objectif du gouvernement était de réduire les attroupements, qui sont un facteur de propagation rapide du coronavirus.

Devant la hausse incontrôlée des cas de COVID-19, l'Ontario a ordonné vendredi à la population de rester à la maison pendant six semaines, limitant fortement les déplacements interprovinciaux et accordant plus de pouvoirs à la police pour faire respecter les mesures sanitaires.

Doug Ford demande aux parents de respecter la distanciation physique et de porter un masque lorsqu'ils amènent leurs enfants jouer dehors.

Le maire de Brampton, en banlieue de Toronto, n'était pas d'accord avec la mesure annoncée vendredi.

Patrick Brown a signalé, également sur Twitter, qu'il allait consulter le conseil municipal et les services juridiques de la Ville pour voir si la Municipalité pouvait refuser d'appliquer un ordre de la province.

Le maire a immédiatement remercié le premier ministre d'avoir fait marche arrière, mais a laissé entendre que des discussions devaient avoir lieu au sujet des autres installations extérieures qui permettent de faire de l'exercice.

Le maire de Toronto, John Tory, a aussi applaudi la décision, qui représente une amélioration pour tout le monde.

Un avis de fermeture des installations des parcs fixé à la clôture d'un terrain de baseball.

Beaucoup déplorent que les activités à l'extérieur soient limitées.

Photo : Radio-Canada / Pascale Bréniel

Le Dr Isaac Bogoch, membre du groupe de travail provincial sur la vaccination, s'est aussi réjoui de cette volte-face. Dans un message sur Twitter, il a estimé qu'il s'agissait d'une décision intelligente qui permettait de faire de l'activité physique et qui contribuait à la santé mentale de la population.

Dans un message précédent, il avait critiqué la fermeture des terrains de sport et des installations extérieures et rappelé que le risque de transmission à l'extérieur était minimal. Il avait invité les gens à porter un masque s'ils ne pouvaient maintenir la distance de deux mètres.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !