•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les proches de Navalny craignent un arrêt cardiaque « d'une minute à l'autre »

L’opposant russe Alexeï Navalny au tribunal à Moscou, le 20 février 2021.

Alexeï Navalny a été emprisonné après être rentré en Russie, à la suite d'une tentative d'empoisonnement.

Photo : Getty Images / KIRILL KUDRYAVTSEV

Agence France-Presse

Des médecins proches de l'opposant russe emprisonné Alexeï Navalny, malade et en grève de la faim, ont exigé samedi d'être autorisés à le voir immédiatement, craignant qu'il ait un arrêt cardiaque mortel « d'une minute à l'autre ».

Le principal détracteur du Kremlin a arrêté de s'alimenter le 31 mars pour protester contre ses mauvaises conditions de détention, accusant l'administration pénitentiaire de lui refuser l'accès à un médecin et à des médicaments alors qu'il souffre d'une double hernie discale, selon ses avocats.

Le médecin personnel de l'opposant âgé de 44 ans, Anastassia Vassilieva, et trois autres docteurs, dont un cardiologue, ont demandé un accès immédiat à M. Navalny, selon une lettre adressée aux services pénitentiaires russes et publiée samedi sur le compte Twitter de Mme Vassilieva.

Selon elle, la concentration de potassium dans le sang de M. Navalny a atteint un niveau critique de 7,1 mmol/L (millimoles par litre), ce qui signifie à la fois que sa fonction rénale est altérée et que de graves problèmes de rythme cardiaque peuvent survenir d'une minute à l'autre .

Un patient avec un tel taux de potassium doit être observé aux soins intensifs, car une arythmie fatale peut se produire à tout moment. Décès par arrêt cardiaque, a ajouté sur Facebook le cardiologue Iarolav Achikhmine.

Le porte-parole de l'opposant, Kira Iarmych, a pour sa part cité sur Twitter le médecin Alexandre Poloupane, qui avait déjà soigné M. Navalny, disant que c'est une indication totale d'hospitalisation. Si le traitement ne débute pas, il mourra dans les prochains jours.

Alexeï Navalny a survécu de justesse l'année dernière à un empoisonnement qui l'avait plongé dans le coma. Il a accusé le Kremlin et les services de sécurité russes d'en être responsables, ce qu'ils démentent.

Kira Iarmych, qui se trouvait en compagnie de l'opposant lorsqu'il a souffert d'un grave malaise après son empoisonnement en août dernier, a affirmé sur Facebook voir un parallèle avec la situation actuelle.

Alexeï est en train de mourir. Dans son état, c'est une question de jours, a-t-elle écrit, soulignant que peu de personnes ont eu accès à l'opposant depuis son incarcération au camp de Pokrov, à 100 km à l'est de Moscou, réputé comme l'un des plus durs de Russie.

Revenu en janvier après cinq mois de convalescence en Allemagne, l'opposant avait immédiatement été arrêté et condamné à deux ans et demi de prison pour une ancienne affaire de fraude qu'il dénonce comme politique.

Sa femme Ioulia, qui lui a rendu visite en début de semaine dans sa colonie pénitentiaire, a affirmé qu'il pesait désormais 76 kg, soit 9 de moins qu'au début de sa grève de la faim.

Les alliés de M. Navalny ont annoncé après son incarcération vouloir organiser la plus grande manifestation de protestation de l'histoire moderne de la Russie et appelé les Russes à soutenir ce projet en s'enregistrant par l'intermédiaire d'un site Internet.

Samedi, 440 000 personnes l'avaient fait sur les 500 000 requises par l'opposition pour annoncer la date de la manifestation. Kira Iarmych a appelé les partisans de M. Navalny à continuer à s'enregistrer pour lui sauver la vie, car Poutine ne réagit qu'aux manifestations de masse.

Plus de 70 personnalités, dont les acteurs Jude Law, Vanessa Redgrave et Benedict Cumberbatch, l'écrivaine Svetlana Alexievitch et l'illustrateur Art Spiegelman, ont appelé dans une tribune publiée vendredi dans le journal français Le Monde à fournir à Alexeï Navalny les soins nécessaires.

Le parquet russe a pour sa part demandé vendredi que plusieurs organisations liées à M. Navalny soient déclarées extrémistes et donc interdites en Russie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !