•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Corps retrouvés à Mercier : un 10e féminicide cette année au Québec

Des véhicules de la police sont stationnés dans une rue d'un quartier résidentiel.

La police de Mercier et la Sûreté du Québec ont été appelées sur les lieux du crime, une maison de la rue Beauchemin, à Mercier.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Sûreté du Québec (SQ) a confirmé qu'un dixième féminicide est survenu dans la province cette année, au lendemain de la découverte de deux corps dans une maison de Mercier, en Montérégie.

Richard West, 50 ans, et sa conjointe, Dyann Serafica-Donaire, 38 ans, ont été découverts inanimés dans une maison de la rue Beauchemin, vendredi.

Les autorités, qui ont d'abord indiqué qu'il pouvait s'agir d'un drame conjugal, ont par la suite établi, à partir des informations recueillies sur la scène, que M. West avait tué sa conjointe avant de s'enlever la vie.

L'enquête criminelle est maintenant terminée, mais des autopsies seront pratiquées par le Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale à Montréal. L'enquête du coroner permettra notamment d'en savoir davantage sur les circonstances entourant les décès.

La mort de Dyann Serafica-Donaire constitue donc le dixième féminicide perpétré au Québec depuis le 1er janvier 2021. En seulement quatre mois, le bilan de 2020 a déjà été dépassé.

En contexte de violence conjugale, quand il y a une séparation, c’est une situation à haut risque de féminicide.

Une citation de :Manon Monastesse, DG de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes

En entrevue à RDI, Mme Monastesse a indiqué être en contact avec la ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, afin de déployer des mesures à très court terme. Une annonce devrait être faite la semaine prochaine ou très bientôt, a-t-elle mentionné.

Sur Twitter, Mme Guilbault a écrit avoir le coeur brisé. Elle a ajouté : Nous avons un plan en réponse à l'urgence, qui sera annoncé bientôt. Restons attentifs aux signaux, sauvons les femmes.

Tout le Québec est secoué

L'enquête du coroner permettra de faire la lumière sur le fil des événements et les circonstances ayant mené à ce meurtre, a indiqué la porte-parole de la SQ Anik Lamirande.

Sur Twitter, la ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, a offert ses pensées aux proches de Mme Serafica-Donaire.

Chantal Arseneault, présidente du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale, avait un conseil à offrir samedi.

En tant que proches, certains signes peuvent nous alerter : si une femme de notre entourage se met à refuser nos invitations, si elle s'isole de plus en plus, si elle semble anxieuse ou nerveuse, si elle se met à douter d'elle-même ou si elle change de comportement en présence de son conjoint. Si ça arrive, ouvrons le dialogue, a-t-elle conseillé dans un communiqué de presse.

Avant Dyann Serafica-Donaire, une autre Québécoise, Carolyne Labonté, avait été retrouvée sans vie dans une maison de Notre-Dame-des-Monts, le 18 mars dernier. Son conjoint a été accusé cette semaine.

D'Ivujivik à Laval, huit autres femmes ont été assassinées par un homme depuis le début de l'année au Québec, soit Kataluk Paningayak-Naluiyuk, Rebekah Harry, Nadège Jolicœur, Myriam Dallaire, Sylvie Bisson, Nancy Roy, Marly Édouard et Elisapee Angma.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.