•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un feu de cuisson a causé l’incendie d’un immeuble résidentiel de Sept-Îles

Un amas de débris.

Le bâtiment s'est effondré en après-midi vendredi.

Photo : Radio-Canada / Lambert Gagné-Coulombe

L’incendie d’un immeuble de logements survenu vendredi après-midi à Sept-Îles a été causé par un feu de cuisson, selon les premiers résultats de l’enquête.

Neuf personnes sont sinistrées en raison du brasier qui a complètement détruit le bâtiment, situé rue Père-Divet.

Le directeur général de la Municipalité, Patrick Gwilliam, affirme que le feu de cuisson s’est rapidement propagé, notamment en raison de la construction irrégulière des murs.

C’est probablement à cause d’un chaudron avec de l’huile dedans, pour une friteuse. Ça, ça cause des dommages importants assez rapidement. Lorsqu’on a un feu de cette ampleur-là, c’est très difficile à contrôler, surtout en raison du fait que la composition des murs n’était pas standard. C'était du gyproc, puis du Ten Test, et finalement un contre-plaqué. Ça a rendu le travail difficile pour les pompiers, explique le directeur général.

Des pompiers tentent de maîtriser les flammes.

Les pompiers ont tenté d'éteindre les flammes tout l'après-midi.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Sinistrés à l'hôtel

La Croix-Rouge affirme avoir aidé les neuf sinistrés à trouver refuge dans un hôtel de Sept-Îles. Leurs besoins en nourriture et en vêtements sont aussi assurés par l'organisme.

Par ailleurs, les résidents de l’immeuble voisin, qui ont également été évacués vendredi, pourront regagner leur logement samedi. Patrick Gwilliam assure que l’intérieur du bâtiment n’a pas été touché par les flammes.

Il y a eu des fenêtres de cassées, mais la bonne nouvelle, c’est qu’à l’intérieur, il n’y a pas d’odeur, il n’y a pas eu de dommages. Cette nuit, les sept résidents ont dormi à l’hôtel, principalement parce qu’il n’y avait pas d’électricité, conclut le directeur général de la Ville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !