•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Photo « nu » à la caméra : le député Amos veut tourner la page

William Amos en entrevue devant un zone boisée.

Le député libéral de Pontiac, William Amos (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Présent lors d’une annonce virtuelle sur internet haute vitesse, vendredi, le député de Pontiac a accepté de revenir sur l’incident de mercredi, déclarant vouloir se concentrer sur les enjeux actuels.

C’est certain que c’était une erreur embarrassante. C’est certain que j’aurais préféré que ça n’arrive pas, mais c’est arrivé et je regarde vers l’avant. Je sais que notre attention doit être portée vers les vrais enjeux, a répondu le député William Amos, en conférence de presse. J’apprécie tellement l’appui que j’ai reçu de mes collègues, de mes commettants de Pontiac et à travers le Canada. Je me concentre à 100 % sur les questions et les enjeux actuels : la pandémie, la relance économique, les changements climatiques, l’environnement et aujourd’hui, l’internet haute vitesse, qui est un enjeu crucial pour le milieu rural au Canada, a-t-il ajouté.

La veille, l’élu fédéral de Pontiac s’était absenté d'une annonce à laquelle il devait participer avec la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Anita Anand.

Le représentant fédéral de Pontiac a défrayé la chronique en apparaissant nu lors de la période des questions de la Chambre des communes, mercredi.

Faire la lumière sur cet incident

Après deux réactions écrites ces derniers jours, il était cette fois prêt à commenter cette histoire en personne, prenant la peine de préciser vouloir que toute la lumière soit faite.

Soyons honnêtes, c’est dérangeant que quelqu’un ait partagé la photo. Je ne comprends pas pourquoi quelqu’un aurait fait ça et je trouve approprié qu’il y ait une enquête. [...]. Tous les parlementaires méritent d’être protégés et je m’attends à ce qu’il y ait une responsabilité pour déterminer qui a brisé le privilège parlementaire, car c’était un flux vidéo privé, a-t-il indiqué.

Jeudi, le leader du gouvernement, Pablo Rodriguez, a demandé au président de la Chambre des communes d’enquêter sur la fuite de la photo, qui a été diffusée sur internet.

Cette diffusion pourrait enfreindre les règles de la Chambre des communes où il est interdit de partager des vidéos ou des images de toute partie non publique des travaux parlementaires, a rappelé le whip en chef du gouvernement, Mark Holland.

La diffusion de la photo de M. Amos pourrait avoir des conséquences légales, a confirmé Pierre Trudel, professeur à la Faculté de droit de l’Université de Montréal, en entrevue avec ICI Ottawa-Gatineau, jeudi.

Le président de la Chambre des communes, Anthony Rota, a pris la demande d’enquête en délibéré. Il en fera rapport à la Chambre, mais aucune date n’est encore annoncée, même si cela devrait intervenir rapidement, selon plusieurs sources.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.