•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau départ pour Antony Auclair avec les Texans

Antony Auclair tient son casque avant de faire un exercice à l'entraînement.

Après quatre saisons avec les Buccaneers, Antony Auclair joint les rangs des Texans de Houston.

Photo : Associated Press / Chris O'Meara

Après une saison marquée par la conquête du Super Bowl avec les Buccanneers, mais également des blessures, Antony Auclair était en quête d’un nouveau départ. C’est à Houston que le footballeur beauceron l’obtiendra dans une équipe en pleine reconstruction.

L’ailier rapproché ne s'en cache pas. Après quatre saisons à Tampa Bay où il a fait sa place dans la NFL, il était excité, mais aussi un peu anxieux de redevenir agent libre. Entre les blessures et la décision des Buccaneers de ne pas l’habiller durant les séries éliminatoires, Auclair n’a pas nécessairement pu se faire justice durant la dernière année.

J’avais hâte de voir s’il y allait avoir de l’intérêt sur le marché des agents libres et il y en avait. Les équipes et les entraîneurs adverses me connaissent. C’était plaisant de voir ça, a-t-il relaté, vendredi, deux jours après avoir signé un contrat d’un an avec les Texans de Houston.

Ces derniers étaient les plus intéressés à ses services depuis l’ouverture du marché des agents libres, il y a un mois. Un retour avec les Buccaneers n'était pas exclu, mais le Québécois a finalement jugé qu’il était mûr pour un nouveau défi.

C’est spécial de quitter Tampa Bay. Je m’y suis fait des amis et je connaissais bien la ville. Mais c’est plaisant d’avoir fini ça avec un Super Bowl.

Le défi de la reconstruction

À Houston, l’athlète de 27 ans se greffe à une équipe en pleine reconstruction après une saison difficile de seulement quatre victoires. Rien pour effrayer l’ailier rapproché qui dit se plaire dans les équipes sous-estimées.

De repartir à neuf avec une équipe qui justement repart à neuf, ça me rappelle un peu ce qu’on avait avec les Buccaneers au début. On a eu trois années difficiles, mais durant lesquelles on a construit quelque chose.

Les Texans ne misant pas sur des ailiers rapprochés de la trempe de Rob Gronkowski ou OJ Howard, l’occasion semble belle pour Auclair d’être plus impliqué dans le plan de match en offensive. Ce dernier refuse toutefois de voir trop loin.

Les deux frères posent avec le trophée sur le terrain.

Antony Auclair et son frère Adam après la conquête du Super Bowl, le 7 février.

Photo : Courtoisie

Dans la NFL, tous les joueurs doivent refaire leurs preuves au début de chaque saison, rappelle-t-il. Le Beauceron sait que ce sont ses talents de bloqueur et sur les unités spéciales qui lui ont permis de faire sa place.

C’est une belle opportunité qui se présente, mais il n’y a rien de fait encore. Il faut que j’aille compétitionner au camp d’entraînement.

Reste à voir maintenant qui dirigera l’offensive des Texans. Le jeune quart-arrière vedette de l’équipe, Deshaun Watson, a exigé une transaction il y a quelques mois et il fait maintenant face à une série de poursuites au civil pour inconduite sexuelle.

Une situation qu’Antony Auclair a évidemment préféré ne pas commenter.

En attendant les célébrations

L'ex-Rouge et Or ne sait pas encore quand il rejoindra les Texans à Houston. Pandémie oblige, une bonne partie des activités organisées des équipes d’ici au début de la saison prochaine se feront vraisemblablement à distance.

D’ici là, le colosse de 1 m 98 et 122 kg s’entraîne chez lui, à Québec, avec une motivation renouvelée. Il a compris la saison dernière à quel point il doit prendre soin de son corps minutieusement s’il veut allonger sa carrière.

Quant à la conquête du Super Bowl, la situation sanitaire a malheureusement empêché Antony Auclair d’être célébré en grand dans son patelin de Notre-Dame-des-Pins depuis son retour dans la belle province.

J’ai été voir mes parents dehors avec un masque. C’est pas mal ça que j’ai pu faire en Beauce jusqu’à maintenant. Mais les gens dans les rues de Québec me saluent et me félicitent pour le Super Bowl, ce que je trouve vraiment incroyable.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !