•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les jeunes professionnels gardent le moral à Edmundston malgré la pandémie

Un arc-en-ciel peint sur la fenêtre de la résidence avec l'expression "ça va bien aller!".

Les gens de la communauté démontrent leur soutien durant la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Dominique Babineau, Jessy Nadeau et Alexandre Levasseur n'ont pas du tout les mêmes intérêts professionnels et n'œuvrent pas non plus dans les mêmes domaines. Pourtant, ils ont tous les trois été appelés à revoir leurs méthodes de travail ces derniers mois.

Dominique Babineau savait qu'elle allait revenir à Edmundston pour y ouvrir son entreprise après ses études. Elle ne s'est jamais imaginée ailleurs.

Paysage d'Edmundston en avril.

Edmundston, au Nouveau-Brunswick, le 10 avril 2021 (archives).

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

La jeune femme d'affaires est donc revenue à la maison, baccalauréat en main et a ouvert son entreprise de consultations marketing. Son but ultime : aider les entrepreneurs de la région à réaliser leurs objectifs.

J'accompagne les entrepreneurs, je les aide à accélérer leur entreprise ou à la développer, explique la jeune femme d'affaires. Je me concentre surtout du côté stratégie marketing.

Mme Babineau avoue toutefois que la dernière année a été pleine de défis à surmonter, tant pour elle que pour ses clients qui proviennent d'un peu partout au Nouveau-Brunswick.

Une femme avec de long cheveux noirs et un veston blanc.

Dominique Babineau se spécialise en stratégie marketing.

Photo : Radio-Canada / Jessica Savoie

Si je reviens à mars 2020 quand tout a commencé, je me suis vraiment changée d'entrepreneure à psychologue. Parce que c'était réellement un coup énorme pour les entrepreneurs.

Une citation de :Dominique Babineau, experte en stratégie marketing

Depuis, Mme Babineau a su s'adapter, tout comme ses clients. Elle offre maintenant des services en redressement COVID-19 afin d'aider les entrepreneurs à s'ajuster aux réalités apportées par la pandémie.

La technologie au service des communautés rurales?

Alexandre Levasseur vit aussi un petit rêve de son côté. Les nouvelles réalités du travail à distance lui permettent d'occuper le titre d'avocat conseiller pour le Réseau de Santé Vitalité, mais dans la ville de son choix.

De son bureau d'Edmundston, il travaille avec des gens d'un peu partout au Nouveau-Brunswick.

Si on tente d'être positifs et voir de bons côtés à tout ça, c'est certain que la pandémie à mis la pédale au plancher sur tout ce qui est travail à distance, avance l'avocat.

Un homme avec un complet bleu et des lunettes carrées fait un léger sourire. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Alexandre Levasseur croit que le télétravail présente de sérieux avantages pour les jeunes qui voudraient s'installer dans une communauté rurale.

Photo : Avec la gracieuseté d' / Alexandre Levasseur

Il voit cet aspect d'un très bon œil pour les jeunes qui voudraient profiter de l'occasion pour venir s'installer dans une région rurale.

Avec le développement des technologies, on réalise qu'il y a différents postes qui sont facilement réalisables à distance, explique Alexandre Levasseur. Travailler de la maison peut aussi dire d'un centre rural, on n'est plus obligé de tout concentrer dans les grandes villes.

L'avocat, qui fait aussi partie de l'équipe bénévole responsable de transformer le Mont Farlagne, croit que les petites communautés offrent aussi l'avantage de pouvoir s'impliquer facilement dans des projets dynamiques et intéressants.

L'avantage d'une petite place

Jessy Nadeau croit que les jeunes réussissent bien dans le nord-ouest de la province parce que les gens se connaissent, s'entraident et s'appuient les uns les autres.

Propriétaire d'une entreprise d'aménagement paysager, le jeune homme du Madawaska avait prévu essuyer des pertes financières cette année à cause de la pandémie.

Mais au contraire, il n'a pas manqué de travail à offrir à ses employés, qui ont été très occupés depuis la dernière année.

Un homme déneige.

L'entreprise a offert des services jugés essentiels durant la pandémie.

Photo : Capture d’écran / Facebook / Nadeau Landscaping

Dans certains cas, ça devenait un travail essentiel, car il y a des gens qui ont besoin de nos services pour, par exemple, tondre le gazon, dit-il.

Mais dans d'autres cas, ce sont des gens qui travaillent de la maison depuis la pandémie et qui décident que c'est le temps d'améliorer leur espace.

M. Nadeau avoue aussi que les gens semblent moins pressés qu'avant et qu'ils prennent plus de temps à élaborer leurs projets avec l'équipe de paysagistes.

Un homme sur une machinerie de construction avec une pelle mécanique.

Le propriétaire de Nadeau Landscaping n'a pas manqué de travail durant la pandémie dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick.

Photo : Avec la gracieuseté de / Jessy Nadeau

On a vraiment de bonnes discussions avec les gens, de bons projets à réaliser que je trouve super intéressants. On est prêts pour la saison qui commence bientôt, ajoute l'entrepreneur de 26 ans qui embauche près d'une vingtaine d'employés durant l'été.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !