•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les congés de maladie payés, un enjeu majeur pour un syndicat saskatchewanais

La présidente de la Fédération des travailleurs de la Saskatchewan, Lori Johb

Lori Johb affirme que donner ne serait-ce qu'une ou deux journées sans pénalités financières aiderait déjà beaucoup. (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Pour la présidente de la Fédération des travailleurs de la Saskatchewan, Lori Johb, un accès à des congés de maladie rémunérés pour toute personne qui doit s’isoler par précaution avec la COVID-19, est une priorité absolue pour endiguer la propagation de la maladie.

Alors que les autorités sanitaires conseillent de s’isoler dès qu’on ressent des symptômes s’apparentant à ceux de la COVID-19, la réalité est bien plus difficile pour de nombreux travailleurs, dit la présidente.

Sans congé de maladie rémunéré, Lori Johb affirme que de nombreux travailleurs doivent choisir entre gagner leur vie ou se protéger soi-même et les autres de la COVID-19.

De nombreux travailleurs ne peuvent pas se permettre de ne pas travailler. Une rémunération lorsqu’on s’isole donnerait néanmoins du temps aux gens de s’assurer qu’ils ne sont pas porteurs de la maladie.

Une citation de :Lori Johb, présidente de la Fédération des travailleurs de la Saskatchewan

Une quinzaine de jours par année seraient suffisants, selon Lori Johb.

Selon la médecin responsable de l'aspect médical du centre d'évaluation de la COVID-19 du Western Hospital, à Toronto, Camille Lemieux, ce sont désormais les lieux de travail qui enregistrent le plus d’éclosions, et ce, notamment car la distanciation physique y est plus difficile.

Les données du gouvernement saskatchewanais indiquent que 27 des 47 éclosions qui ont eu lieu à Regina entre le 25 mars et le 8 avril se sont déclarées sur un lieu de travail. À Saskatoon, 17 des 22 éclosions sont arrivées de cette façon.

Ces éclosions n’impliquent cependant pas les restaurants ou les centres de la petite enfance.

Une demande inutile, selon Don Morgan

Le ministre des Relations et de la Sécurité en milieu de travail, Don Morgan, indique ne pas se pencher sur la question pour le moment, affirmant que cette initiative n’a cours nulle part ailleurs au pays et que ce serait une contrainte pour les employeurs.

Néanmoins, deux provinces font appel aux congés de maladie payés, le Québec et l’Île-du-Prince-Édouard.

Au Québec, un travailleur a le droit à deux jours par année après 6 mois en tant qu’employé. À l’Île-du-Prince-Édouard, c’est une journée après 5 ans de salariat.

Gros plan sur le visage de Don Morgan qui répond aux questions des journalistes.

Le ministre de la Justice de la Saskatchewan, Don Morgan. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Mark Taylor

Don Morgan souligne également que la méthode de compensation actuelle, en ayant recours à la commission d’indemnisation des travailleurs, est suffisante.

Si vous avez attrapé la COVID-19 sur votre lieu de travail et que vous faites une demande, des aides vous seront offertes dès le début de votre arrêt de travail.

Une citation de :Don Morgan, ministre des Relations et de la Sécurité en milieu de travail

Lori Johb s’inquiète surtout de ceux qui doivent s’isoler, mais qui ne savent pas encore s’ils sont infectés ou non.

Leur donner ne serait-ce qu’un ou deux jours sans pénalité financière pour s’assurer qu’ils ne sont pas atteints de la COVID-19 aiderait déjà beaucoup, selon la présidente.

Dans la plupart des cas, un travailleur n’est pas remplacé lors d’une courte période de ce genre, donc les finances de l’entreprise n’en seraient pas touchées.

Une citation de :Lori Johb, présidente de la Fédération des travailleurs de la Saskatchewan

L’aide du gouvernement reste importante, car il pourrait aider financièrement les entreprises pour que les employés puissent rester chez eux lorsqu’ils tombent malades, selon elle, et elle reste convaincue que cela améliorerait la situation de la province en matière de COVID-19.

De son côté, Don Morgan conseille aux travailleurs de respecter les directives sanitaires, de porter un masque et de se faire vacciner dès que possible.

À la fin du mois de février, les Fédérations des travailleurs des 10 provinces et des trois territoires canadiens se sont unies pour demander un accès universel et permanent à des congés de maladie rémunérés et équitables pour tous.

Pour le moment, aucune des provinces sollicitées n’a répondu favorablement, et 85 % des travailleurs canadiens affirment ne pas avoir accès à ce type d’aide, selon un rapport d’un réseau de santé de l’Ontario.

Avec les informations de Adam Hunter

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !