•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Encore 20 000 doses du vaccin AstraZeneca disponibles ce week-end à Montréal

Le centre de vaccination contre la COVID-19 du Palais des congrès de Montréal.

Le Palais des congrès de Montréal fait partie des sites où les personnes âgées de 55 ans et plus peuvent se faire vacciner sans avoir à prendre un rendez-vous au préalable.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Pour une troisième fin de semaine de suite, les personnes âgées de 55 ans et plus sont invitées à se rendre dans les cliniques sans rendez-vous de la métropole, samedi et dimanche, afin de recevoir une dose du vaccin contre la COVID-19 mis au point par la pharmaceutique AstraZeneca et l'Université d'Oxford.

Il reste encore plus de 20 000 places disponibles, a fait savoir par communiqué la Direction régionale de santé publique (DRSP) de Montréal vendredi après-midi. Une douzaine de centres (Nouvelle fenêtre), en tout, seront accessibles entre 8 h et 20 h, ce week-end.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a aussi indiqué sur Twitter qu'il avait demandé au réseau de faire des interventions ciblées dans certains quartiers, comme ceux du Centre-Ouest-de-l'Île et de Côte-des-Neiges, où un camion-crieur annoncera en plusieurs langues l'ouverture des cliniques mobiles.

Pour l'instant, le vaccin d'AstraZeneca est réservé aux personnes de 55 ans et plus, mais Québec est en attente de la décision de la santé publique pour l'étendre à d'autres tranches d'âge, a mentionné le ministre.

L'administration de ce vaccin dans des sites sans rendez-vous a permis en deux semaines de vacciner plus rapidement 160 000 personnes, dont 22 000 à Montréal, a-t-il ajouté.

Associé à de rares cas de thrombose, le vaccin AstraZeneca-Oxford a fait l'objet de plusieurs critiques dans les derniers mois, tant en Europe que dans le reste du monde. Le Danemark lui a même tourné le dos, récemment.

Au Canada, le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) a recommandé il y a deux semaines, pour des raisons de sécurité, d'arrêter d'inoculer le vaccin aux personnes de moins de 55 ans, ce qui a poussé certaines provinces à suspendre son emploi.

Le Québec a plutôt choisi de l'offrir aux 55 ans et plus dans des sites sans rendez-vous, jugeant ses bénéfices supérieurs aux risques. Dans son communiqué de vendredi, la DRSP de Montréal rappelle d'ailleurs que tous les vaccins accessibles au public sont sécuritaires et [que] les risques de complications sont extrêmement rares.

L'opération a été qualifiée de « vif succès » par le ministre Dubé le 8 avril, lorsque la campagne a débuté dans un enthousiasme manifeste. Les fins de semaine qui ont suivi, par contre, ont été beaucoup moins achalandées dans les centres de vaccination.

Pour montrer l'exemple, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, s'est rendu à son tour dans une clinique de Montréal-Nord, vendredi, pour recevoir le vaccin d'AstraZeneca. C’est fait!, a-t-il tweeté, photo à l'appui, en invitant les Québécois à l'imiter.

Il demeure en outre possible pour les Québécois de 60 ans et plus, de même que pour les travailleurs essentiels admissibles, de prendre rendez-vous sur Clic Santé afin de recevoir leur première dose de vaccin contre la COVID-19.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a confirmé à Radio-Canada par courriel, vendredi soir, qu'il restait environ 72 000 plages horaires de vaccination non comblées pour les sept prochains jours au Québec, dont plus de 33 500 à Montréal.

Quant aux personnes aux prises avec une maladie chronique, elles n'ont aucune action à effectuer, a rappelé par courriel la DRSP à Radio-Canada.

Les cliniques externes des hôpitaux qui suivent les personnes à risque communiqueront directement avec les personnes admissibles, a assuré le porte-parole Eric Forest. Il sera également possible pour celles-ci de recevoir une dose du vaccin directement lors de leur prochain suivi médical.

Pour ce qui est de la deuxième dose, l’opération devait commencer cette semaine à Montréal, notamment pour les travailleurs de la santé et les résidents des CHSLD.

Deux records de vaccination ont par ailleurs été établis au cours des dernières 24 heures, au Québec : 74 927 doses ont été administrées, dont 15 522 en pharmacie.

Le ministre Dubé a souligné sur Twitter que la moyenne mobile des sept derniers jours s’établissait à 66 000 doses, ce qui est « bien au-delà » de ce qu’avait prévu le gouvernement pour le mois d’avril.

Pour l'instant, le gouvernement Legault maintient le cap sur son objectif de procurer une première dose à tous les Québécois qui le désirent avant la Fête nationale du 24 juin.

La réduction des livraisons du vaccin de Moderna pourrait toutefois lui compliquer la tâche. Des ajustements sont à prévoir, a admis le ministre Carmant après s'être fait vacciner, vendredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !