•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

AstraZeneca : faible engouement pour la vaccination en Alberta

Un centre de vaccination de masse.

Le centre de vaccination de masse du Centre Expo d'Edmonton a ouvert le 12 avril.

Photo : Lana Palmer Photography

Radio-Canada

L’engouement pour l’immunisation contre la COVID-19, avec le vaccin d'AstraZeneca, s'essouffle à Edmonton et à Calgary, où deux centres de vaccination de masse font face à un faible nombre de rendez-vous depuis leur ouverture, au point où la province songe à élargir ses critères d’admissibilité.

À plein régime, le centre de vaccination de masse du Centre Expo d’Edmonton peut faire 7000 injections par jour.

Le jour de son ouverture, lundi, elle en a administré 1632, un nombre qui a considérablement chuté dès le lendemain, pour s'établir à 520, mardi, et à 280, mercredi. En milieu de matinée, jeudi, Services de santé Alberta (AHS) a indiqué qu’environ 400 personnes avaient pris rendez-vous pour se faire vacciner ce jour-là.

Un porte-parole d'AHS a déclaré que la clinique n’a pas fonctionné au maximum de sa capacité en raison d’un ralentissement anticipé dans la vaccination, cette semaine.

Le public est inquiet, selon une experte

À Calgary, une autre clinique de vaccination de masse ouverte dans le Centre des congrès Telus ne reçoit elle aussi qu'un faible nombre de demandes de rendez-vous depuis son ouverture, la semaine dernière.

Le premier jour, nous en avons fait environ 5000 [vaccinations], a déclaré jeudi la Dre Cheri Nijssen-Jordan, coresponsable du groupe de travail sur les vaccins d'AHS.

À l'heure actuelle, nous avons des rendez-vous pris pour 500 à 1000 personnes.

Une citation de :Cheri Nijssen-Jordan, coresponsable du groupe de travail sur les vaccins de Services de santé Alberta

Elle ajoute qu’une partie du problème est l'hésitation provoquée par les rapports faisant état de caillots sanguins extrêmement rares survenant chez des personnes ayant reçu le vaccin d'AstraZeneca, également connu sous le nom de Covishield.

Un centre de vaccination de masse.

Le Centre des congrès Telus de Calgary offre gratuitement deux billets de transport en commun à toute personne qui prend l'autobus ou le train pour se rendre à son rendez-vous de vaccination contre la COVID-19.

Photo : Calgary Telus Convention Centre

Un vaccin sécuritaire, dit Santé Canada

Mercredi, Santé Canada a annoncé qu'elle avait terminé un examen d'innocuité et constaté que le vaccin d'AstraZeneca est sécuritaire et que les personnes de plus de 18 ans ne devraient pas hésiter à l'accepter s'il leur est offert.

L'admissibilité est encore limitée aux personnes de plus de 55 ans, pour le moment, car le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) examine toujours la recherche et n'a pas mis à jour sa recommandation.

Un porte-parole du ministère de la Santé a confirmé mercredi que la province suit la recommandation du CCNI et continue d'offrir le vaccin d'AstraZeneca uniquement aux Albertains âgés de 55 à 64 ans.

Le CCNI devrait annoncer la semaine prochaine s'il décide de réviser sa position concernant le vaccin en question et s’il recommande finalement de l’administrer aux personnes de moins de 55 ans, suivant ainsi l’avis de Santé Canada.

Un possible élargissement des critères d’admissibilité

La médecin hygiéniste en chef de l'Alberta, Deena Hinshaw, a déclaré que le Comité consultatif de la province sur l'immunisation discuterait de la possibilité d'élargir l'admissibilité en fonction de l'âge cette semaine.

En point de presse, jeudi, elle a réitéré le fait que les risques liés au vaccin sont rares et que les Albertains qui sont admissibles à ce stade du plan de la vaccination ne devraient pas hésiter à l'accepter.

Les gens se concentrent sur des événements très rares qui peuvent apparaître [pour diverses raisons], mais il est également beaucoup plus courant pour les personnes de ce groupe d'âge de contracter la COVID-19 et d'avoir des effets secondaires plus graves de la maladie elle-même, a déclaré la Dre Nijssen-Jordan.

Le médecin hygiéniste de la zone d'Edmonton, Michael Zakhary, a déclaré jeudi qu'AHS travaille avec le ministère de la Santé, des praticiens communautaires et tous les ordres de gouvernement pour s'assurer que les messages adressés au public sont cohérents, exacts et fondés sur des preuves.

Nous avons des équipes provinciales d'engagement communautaire, qui veillent à ce que toutes les questions concernant les vaccins, et l'hésitation à leur égard, soient traitées de manière appropriée.

Une citation de :Michael Zakhary, médecin hygiéniste de la zone Edmonton

Avec les informations de Paige Parson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !