•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des contrôles aux frontières ontariennes et plus de pouvoirs pour la police

Le premier ministre ontarien, Doug Ford, enlève son masque avant un point de presse.

Le premier ministre ontarien, Doug Ford

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Face à la hausse incontrôlée des cas de COVID-19, l'Ontario ordonne à la population de rester à la maison pour six semaines, limite fortement les déplacements interprovinciaux et accorde plus de pouvoir à la police pour faire respecter les mesures sanitaires, a annoncé le premier ministre Doug Ford en point de presse vendredi.

À la première heure samedi, les policiers auront des droits accrus pour s'assurer que les Ontariens restent à la maison, une disposition qui soulève des objections. Les contrevenants risquent de recevoir des amendes. Celles-ci sont présentement de 750 $.

« Nous sommes à un moment critique dans la réponse de l'Ontario à ce virus potentiellement mortel. C'est pourquoi nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour freiner sa propagation et protéger nos communautés. »

— Une citation de  Sylvia Jones, solliciteure générale de l'Ontario

La santé publique a recensé vendredi 4812 nouvelles infections, ce qui constitue un nouveau sommet. Environ 700 patients sont hospitalisés aux soins intensifs.

L'interdiction de voyages interprovinciaux entrera en vigueur à minuit dans la nuit du 18 au 19 avril.

L’Ontario prend les grands moyens contre la 3e vague

Les gens qui doivent traverser les frontières pour aller travailler, pour des soins médicaux ou pour le transport des marchandises y seront autorisés, de même que les Autochtones, qui ont des droits en vertu des traités.

Des agents de la Police provinciale de l’Ontario seront sur les routes d’accès interprovinciales pour contrôler les véhicules peu après minuit, heure locale.

Le Québec fermera aussi sa frontière avec l'Ontario. La ministre québécoise de la Sécurité publique reconnaît que limiter la propagation des variants est une priorité.

Dans un communiqué, le gouvernement manitobain fait état des nouvelles interdictions imposées par l'Ontario et rappelle qu'il déconseille déjà fortement les voyages qui ne sont pas essentiels.

Le gouvernement n'a pas vraiment d'autre option, a déclaré le premier ministre Doug Ford.

Le nombre de personnes autorisées aux cérémonies religieuses, aux mariages et aux funérailles est ramené à 10.

Le nombre de consommateurs dans les commerces qui peuvent rester ouverts, comme les épiceries, dépanneurs et pharmacies, est limité au quart de ceux qu'ils pourraient accueillir en temps normal.

Un travailleur de la construction consulte son téléphone intelligent.

Seuls les chantiers de construction considérés comme essentiels peuvent poursuivre leurs activités.

Photo : Shutterstock/Daisy Daisy

Les chantiers de construction non essentiels seront fermés et des inspecteurs visiteront certains bureaux pour s’assurer que seuls les employés qui ne peuvent faire autrement continuent d’y travailler.

Les rassemblements à l’extérieur avec des gens qui ne vivent pas sous le même toit seront interdits à partir de minuit, dans la nuit de samedi à dimanche. Les terrains de golf, terrains de sport et terrains de jeu seront fermés, à quelques exceptions près.

Les experts avaient recommandé d'ordonner aux Ontariens de rester à la maison pendant six semaines pour aplatir la courbe. Cette mesure serait efficace si 100 000 doses de vaccin sont administrées quotidiennement, mais son effet ne se ferait pas sentir immédiatement.

Le Dr Adalsteinn Brown, de la table d'experts qui conseille le gouvernement ontarien, soutenait qu'il fallait revenir au type de confinement en place en avril dernier, au début de la pandémie.

Le Dr Adalsteinn Brown du comité d'experts qui conseille le gouvernement ontarien en conférence de presse.

Le Dr Adalsteinn Brown du comité d'experts qui conseille le gouvernement ontarien.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Il presse les Ontariens de prendre la crise au sérieux, en dépit de la lassitude.

Sans mesures, l'Ontario pourrait frôler la catastrophe avec 30 000 cas par jour. Des projections plus optimistes, impliquant des restrictions sévères, font état de plus de 10 000 cas quotidiens.

Sans une adhésion stricte aux mesures sanitaires, le nombre de cas pourrait demeurer élevé cet été.

« Si la population appliquait de façon très rigoureuse les mesures de santé publique, si nous étions capables de vacciner autant de gens que possible [...] le nombre de cas serait très bas d'ici la fin juin.  »

— Une citation de  Dr Adalsteinn Brown, coprésident, Table de consultation scientifique sur la COVID-19 de l'Ontario

Vous pourriez profiter de l'été, dit-il, mais ça demande que tout le monde s'y mette.

Des travailleurs d'hôpital.

Les hospitalisations sont en hausse marquée.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Les hospitalisations et les patients aux soins intensifs sont à leur plus haut niveau depuis le début de la pandémie. Déjà, l'accès aux soins est compromis, selon le Dr Brown.

Si la situation se détériore davantage, le système ne sera peut-être pas à même de soigner tous les patients qui ont besoin de soins intensifs.

En fin d’après-midi, le bureau du premier ministre Ford avait à nouveau déploré le peu de vaccins reçus. Comme nous avons pu le constater en regardant les modélisations, si nous disposions de 300 000 doses par jour, cela aurait un impact important sur notre capacité à maîtriser la troisième vague de COVID, avait déclaré sa porte-parole dans une brève déclaration écrite.

Puisque cela est impossible pour le moment, avait-elle poursuivi, le premier ministre va dévoiler d’autres mesures pour réduire les déplacements de la population et réduire la propagation de la COVID-19.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !