•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une oeuvre murale au Manitoba rend hommage aux enfants des pensionnats autochtones

Des gens posent devant une peinture sur un mur.

La nouvelle oeuvre, intitulée « Mashkawigaabawid Abinoojiiyag — Stand Strong Children » , est consacrée aux enfants qui ont été placés dans des pensionnats autochtones.

Photo : Radio-Canada / Kevin Nepitabo

Radio-Canada

Un groupe d’artistes autochtones et non autochtones a créé une peinture murale à Selkirk, consacrée aux enfants qui ont été placés dans des pensionnats autochtones.

Mes grands-parents sont tous allés dans des pensionnats autochtones, et grâce à cela, j'ai appris beaucoup de choses à ce sujet. J'ai aussi appris des choses au sujet de l'importance de la culture, de l'importance de la conserver et de faire en sorte que les gens puissent la voir, explique Jordan Stranger.

L’homme, originaire de la Première Nation Peguis, a dessiné l'œuvre intitulée Mashkawigaabawid Abinoojiiyag  Stand Strong Children en pensant à ses grands-parents.

Jordan Stranger pose devant la peinture.

Jordan Stranger est l'un des artistes qui ont réalisé l'oeuvre.

Photo : Radio-Canada / Lenard Monkman

Ça me touche parce que je ressens toutes ces sensations et je vois l’émotion à travers ma propre famille. Je veux leur rendre hommage et leur donner quelque chose, pas seulement à une personne, mais à toute la communauté à Selkirk, au Manitoba et au Canada, ajoute-t-il.

Quatre panneaux de plus de 36 mètres carrés

La peinture murale a été financée par Patrimoine canadien et se trouve au 260, avenue Superior. Elle est composée de quatre panneaux d’environ 36 mètres carrés, qui racontent chacun une histoire de la vie des Premières Nations avant la colonisation, et illustre la vie après les pensionnats autochtones.

Des peintures.

Quatre panneaux composent l'oeuvre.

Photo : Jeannie Red Eagle

Jordan Stranger dit que l’oeuvre va permettre aux gens de parler d'un sujet difficile qui met parfois les gens mal à l’aise.

Nous devons en parler et ne pas en être fiers, mais reconnaître nos défauts, reconnaître d'où nous venons et savoir où nous allons, dit-il. C’est le plus important.

Jeannie Red Eagle, une artiste émergente de la Première Nation Roseau, souhaite qu'il y ait plus d'art autochtone public à Selkirk, où plus d'un tiers de la population est autochtone, selon le recensement de 2016. C’est elle qui est à l'origine du projet.

Cela va avoir un impact parce que les gens ne vont pas pouvoir manquer l’oeuvre, dit-elle. La peinture se trouve à un endroit où plusieurs oeuvres murales ont été réalisées à Selkirk.

Jeannie Red Eagle pose devant une peinture.

Jeannie Red Eagle, une artiste émergente de la Première Nation Roseau, veut qu'il y ait plus d'art autochtone public à Selkirk.

Photo : Radio-Canada / Lenard Monkman

Pour financer le projet, Jeannie Red Eagle s’est associée aux Interlake Art Board et s’est appuyée sur des artistes comme Jordan Stranger et Charlie Johnston pour donner vie aux couleurs et images vibrantes de l’oeuvre.

Selon elle, la murale met en valeur la nature dynamique des peuples autochtones et montre ce qui est possible lorsque les peuples autochtones collaborent avec des personnes non autochtones.

Si on peut faire cela avec l’art public, on peut le faire aussi au sein de notre communauté, dans nos maisons, dans nos quartiers, croit Jeannie Red Eagle.

La présidente de l'Interlake Art Board, Joan English, affirme que le projet répondait aux appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation, en particulier la 83e recommandation qui incite les artistes autochtones et non autochtones à entreprendre des projets de collaboration et à produire des œuvres qui contribuent au processus de réconciliation.

L’oeuvre doit être dévoilée officiellement au mois de mai ou de juin.

Avec des informations de Lenard Monkman

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !