•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du sirop de bouleau fabriqué au Lac-Saint-Jean

Carol Martel verse l'eau de bouleau dans un réservoir.

Carol Martel a entaillé quelque 600 bouleaux cette année.

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

En plein coeur d'une forêt du nord du Lac-Saint-Jean, les bouleaux ont une nouvelle vocation. Pas moins de 600 arbres ont été entaillés et ils sont très généreux de leur sève pour Carol Martel et Isabelle Gagnon.

Il y a quelques années, les copropriétaires de Parallèle 49 sont tombés amoureux du sirop de bouleau. Ils se sont lancés dans la production et en font la commercialisation depuis l’an dernier.

Carol Martel verse l'eau de bouleau dans un réservoir.

Carol Martel a entaillé quelque 600 bouleaux cette année.

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

Ce sirop polyvalent s’utilise dans une panoplie de recettes.

C’est bon avec les légumes, c’est bon avec les viandes, pour faire des sauces, pour faire des vinaigrettes, dans les desserts, évidemment. Je dirais qu’il n’y a à peu près pas de limites de ce qu’on peut faire avec ça , soutient Isabelle Gagnon.

Isabelle Gagnon et Carol Martel sont souriants.

Isabelle Gagnon et Carol Martel ont lancé le sirop de bouleau Parallèle 49 en 2020.

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

Si le processus de transformation est similaire à celui de l’érable, en ce qui a trait au goût, il n’y a pas de comparaison possible.

On va retrouver un goût qui va s’apparenter à la mélasse, à l'abricot, au caramel. C’est un produit sucré, mais pas aussi sucré que l’érable en bouche. Il va être un peu balsamique aussi, explique Carol Martel.

La sève du bouleau contient moins de sucre que celle de l'érable. Il en faut donc beaucoup plus pour obtenir la même quantité de sirop. Après l'avoir concentrée, il faut la faire bouillir longuement, mais les copropriétaires de Parallèle 49 refusent catégoriquement de dévoiler le secret de la cuisson parfaite.

Des bouteilles de sirop de bouleau se trouvent à côté de deux verres.

Le sirop de bouleau sera offert sous peu dans une vingtaine de points de vente au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

Le sirop obtenu à la fin du processus se vend 16 $ pour 100 millilitres.

Les gens sont parfois surpris parce que ça se vend beaucoup plus cher que l’érable, mais il y a des raisons pour ça : la rareté, mais aussi le fait que c’est beaucoup plus délicat à manipuler, fait valoir Isabelle Gagnon.

La sève du bouleau est fragile. Si elle est trop chauffée, le goût du sirop peut être altéré. L’an dernier, le couple a produit une centaine de litres et s'est retrouvé en rupture de stock. Il espère tripler la production cette année, créer des partenariats avec différentes entreprises régionales et effectuer des ventes à l’extérieur du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le sirop Parallèle 49 sera offert dans une vingtaine de points de vente d’ici le début du mois de mai.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !