•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Internet haute vitesse pour 10 600 foyers ruraux en Outaouais d’ici 2022

Un homme utilise un ordinateur.

10 600 foyers de l'Outaouais auront accès à Internet haute vitesse en 2022 (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

D’ici septembre 2022, 10 600 foyers ruraux de l’Outaouais qui n’y avaient pas accès devraient être branchés à Internet haute vitesse par Bell.

Un investissement conjoint de 74 millions de dollars des gouvernements du Québec et du Canada permettra de réaliser l’opération, qui a été annoncée vendredi. Des résidents de la Ville de Gatineau ainsi que des MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, de Papineau, de Pontiac et des Collines-de-l'Outaouais en bénéficieront.

Internet haute vitesse maintenant, ce n'est pas un luxe, c'est quelque chose qui n'est pas seulement utile, mais qui est essentiel, a affirmé le ministre responsable de l'Outaouais, Mathieu Lacombe, en conférence de presse virtuelle.

Si on veut attirer des citoyens dans nos petites municipalités qui parfois sont dévitalisées, ça nous prend ça au minimum.

Une citation de :Mathieu Lacombe, député de Papineau

Des municipalités encore oubliées

Présent lors de l’annonce à la place de la préfète de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, Chantal Lamarche, le maire de Cayamant, Nicolas Malette, a applaudi la nouvelle.

On a dix municipalités touchées. C’est excellent! On est content pour elles, a-t-il commenté.

Sa propre municipalité ne fait toutefois pas partie des heureuses élues, comme six autres de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau.

On a hâte aux prochaines annonces, a-t-il reconnu. On est une région où il y a besoin d’Internet haute vitesse le plus rapidement possible. On le vit avec la pandémie, quand les jeunes font l’école à la maison.

Internet, c’est pas un luxe, c’est une nécessité.

Une citation de :Nicolas Malette, maire de Cayamant

Dans sa municipalité de 800 résidents, M. Malette rappelle que l’accès aux fonctionnalités d’Internet reste très limité.

On a quand même un petit service, mais ce n’est pas un service qui est à la hauteur pour 2021. On peut faire les choses de base, mais on ne peut pas accéder à Netflix ou à des services comme ça par exemple, et c’est presque impossible de tenir une vidéoconférence, ce qui rend le télétravail presque impossible.

D'autres annonces à venir

En mars, les gouvernements provincial et fédéral avaient annoncé l'opération haute vitesse Canada-Québec qui vise le branchement de 150 000 foyers québécois des communautés rurales et éloignées d’ici septembre 2022 grâce à un financement de 826,3 millions de dollars.

L'Outaouais doit bénéficier d'une enveloppe de 147,4 millions de dollars pour brancher 29 001 foyers. C'est la première annonce en Outaouais, mais il va y en avoir d'autres, a promis Gilles Bélanger, l'adjoint parlementaire du premier ministre du Québec.

Le député caquiste d'Orford, Gilles Bélanger, est chargé du volet Internet haute vitesse au ministère de l'Économie et de l'Innovation.

Gilles Bélanger, l'adjoint parlementaire du premier ministre du Québec (archives)

Photo : Radio-Canada

Les fournisseurs de services Internet (FSI) – Bell, Cogeco, Sogetel, TELUS, Vidéotron et Xplornet – avec qui les gouvernements ont signé des ententes sont responsables du déploiement et s'exposent à des pénalités non précisées s'ils ne respectent pas les échéanciers.

Bell s'engage en Outaouais pour le 30 septembre 2022, et je peux vous garantir que notre objectif est d'y arriver, a insisté Charles Gosselin, directeur des affaires gouvernementales de Bell.

L'opération haute vitesse Canada-Québec a pour but de permettre la couverture de 100 % des foyers québécois avec la connexion Internet haute vitesse pour aider, entre autres, au télétravail pendant la pandémie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !