•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aide sociale : le nombre de bénéficiaires à l’hôtel monte en flèche

Des graffitis sur une façade d'un établissement de la rue Ontario à Montréal.

La Nouvelle-Écosse a dépensé 1,7 million de dollars l'an dernier pour aider ces personnes.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

De plus en plus de bénéficiaires de l’aide sociale en Nouvelle-Écosse sont hébergés temporairement dans des hôtels.

L’un d’eux, Stanley Hemming n’a pas quitté sa chambre d’hôtel depuis deux semaines. Il n’est ni en vacances ni en isolement à cause de la COVID-19. Il a été expulsé de son appartement à Halifax à la fin de mars pour retards de paiement du loyer.

Le ministère des Services communautaires l’a placé dans un hôtel puisqu'il n’y avait aucun autre logement à sa disposition.

M. Hemming affirme qu’il faut renouveler cette forme d’aide chaque semaine et qu’il ressent du stress entre-temps. Cela nuit à sa santé, dit-il, en expliquant qu’il souffre d'hypertension et d’autres problèmes.

Le nombre de bénéficiaires de l’aide sociale hébergés temporairement à l’hôtel a plus que doublé de 2018 à 2019 (de 54 à 122) et il a augmenté à 307 en 2020.

Les coûts de cette mesure pour le ministère sont passés de 31 000 $ à 1,7 million de dollars durant la même période.

Le gouvernement n’est pas le seul intervenant qui y consacre des ressources. La pandémie a aussi poussé des organismes sans but lucratif à placer des clients dans des hôtels.

Sheri Lecker, directrice du refuge Adsum House, à Halifax, a récemment calculé des dépenses de plus de 55 000 $ à l’aide des reçus fournis l’hiver dernier par les hôtels.

Cet argent devait servir à un projet de logement permanent, mais il a plutôt été consacré à répondre à un besoin urgent, explique Mme Lecker. L’organisme ne pouvait laisser ces personnes dehors en plein hiver et en pleine pandémie.

La ministre des Services communautaires, Kelly Regan, s’en préoccupe et elle conseille aux organismes sans but lucratif dans cette situation de présenter leurs reçus à son ministère.

Les services sociaux entendent maintenir cette solution tout en cherchant du logement permanent pour ces clients.

Entre-temps, les bénéficiaires comme Stanley Hemming demeurent à l’hôtel et attendent.

D’après un reportage de Taryn Grant, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !