•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

8 millions de doses de Pfizer de plus pour le Canada

Gros plan de Justin Trudeau.

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Le premier ministre Justin Trudeau annonce une entente avec Pfizer-BioNTech pour la livraison de 8 millions de doses supplémentaires de vaccins contre la COVID-19, dont la moitié doit arriver au mois de mai.

Grâce à cette entente, on va recevoir 4 millions de doses supplémentaires au mois de mai, 2 millions de doses supplémentaires en juin, et 2 millions de doses supplémentaires en juillet, a détaillé Justin Trudeau vendredi en point de presse.

Ça veut dire qu’on va recevoir environ deux fois plus de doses du vaccin de Pfizer que prévu pour le mois de mai, et des millions de plus en juin.

Une citation de :Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Reconnaissant que la situation est actuellement critique au pays en raison de la propagation rapide des variants, notamment en Ontario, où on recense en moyenne plus de 4000 nouveaux cas par jour, le premier ministre a exhorté les Canadiens à être patients, à maintenir le cap.

Je sais que ce printemps est difficile […] Bien des gens, en particulier les jeunes, attendent patiemment leur tour, a-t-il déclaré.

Merci et tenez bon. Vous allez recevoir votre dose bientôt, a assuré M. Trudeau, qui a répété que tous les Canadiens qui le désirent seront vaccinés en septembre.

Par ailleurs, Santé Canada a annoncé vendredi avoir reçu une demande de Pfizer-BioNTech pour que son vaccin contre la COVID-19 soit aussi utilisée pour les Canadiens de 12 ans et plus. Ottawa examine cette demande.

Ottawa au chevet de l’Ontario

Le premier ministre Justin Trudeau a par ailleurs annoncé le déploiement de renforts de la Croix-Rouge canadienne en Ontario pour contribuer à l’effort de vaccination dans la province, qui est aux prises avec une explosion des cas de COVID-19.

Nous avons approuvé une demande de déploiement de la Croix-Rouge canadienne dans jusqu'à 27 foyers de soins de longue durée, selon les besoins, a-t-il dit.

Vendredi, la santé publique ontarienne recensait 4812 nouveaux cas et 25 décès de plus. Elle compte aussi 1955 hospitalisations, dont 701 patients aux soins intensifs. Du jamais-vu jusqu'ici depuis le début de la pandémie.

Le Canada continue de faire face à une situation incroyablement grave avec cette troisième vague.

Une citation de :Justin Trudeau, premier ministre du Canada

M. Trudeau a fait savoir que son gouvernement déploiera également des unités de santé mobiles à Toronto et Hamilton.

Beaucoup trop d'hôpitaux sont déjà surchargés. À Toronto en particulier, les chiffres battent record sur record, et les lits des unités de soins intensifs se remplissent, a constaté le premier ministre. Il ne fait aucun doute que la plus grande ville du Canada se débat sous le poids de cette troisième vague.

Du matériel de soins de santé, notamment des dispositifs d'oxygène et des médicaments pour traiter la COVID-19, sera également acheminé en Ontario, a indiqué le premier ministre.

Queens Park décline poliment

Des déclarations qui ont un peu pris de court le gouvernement de l'Ontario, qui affirme n'avoir fait aucune demande spécifique de renforts à Ottawa, sinon d'envoyer plus de vaccin dans la province.

Aucune demande de cette nature n'a été faite par le solliciteur général ou le ministre de la Santé. Notre seule demande au gouvernement fédéral, à l'heure actuelle, est un approvisionnement plus important et plus régulier en vaccins, a déclaré Sylvia Jones, du bureau du solliciteur général de l'Ontario.

Le message était le même au bureau du premier ministre de l'Ontario Doug Ford, qui a précisé à Ottawa que l'Ontario ne manque pas actuellement de vaccinateurs, mais bien de vaccins pour endiguer rapidement la troisième vague qui déferle sur la province.

Nous apprécions l'offre du premier ministre, mais à moins qu'elle ne soit assortie d'une augmentation de l'offre [de vaccins], nous n'avons pas besoin de la Croix-Rouge à l'heure actuelle en Ontario. Nous n'avons pas un problème de capacité, nous avons un problème d'approvisionnement.

Une citation de :Bureau du premier ministre Doug Ford

Alors que Pfizer-BioNTech se prépare à livrer 8 millions de doses de plus aux Canadiens, les affaires ne tournent pas aussi rond chez Moderna.

La multinationale américaine a en effet prévenu Ottawa que la prochaine livraison de son vaccin au Canada à la fin avril ne sera pas de 1,2 million de doses, comme prévu, mais plutôt de 650 000. Le développement moins rapide que prévu des infrastructures de production de la compagnie serait à l’origine de ce retard de livraison.

Questionné par les journalistes sur cette baisse de plus de 50 % de la prochaine livraison de Moderna, Justin Trudeau a assuré que son gouvernement est prêt à intervenir auprès de Moderna pour faire en sorte que l’entreprise respecte ses obligations contractuelles.

Nous allons exercer des pressions sur Moderna pour que la voix du Canada soit entendue, et nous nous attendons à ce que l’entreprise atteigne ses objectifs pour le deuxième trimestre.

Une citation de :Anita Anand, ministre des Services publics et de l'Approvisionnement

Par ailleurs, plus de 300 000 doses du vaccin unidose de Johnson & Johnson sont attendues pendant la semaine du 27 avril au Canada. S’ils ont toujours l’approbation de Santé Canada, les vaccins commenceront à être distribués aux provinces au début du mois de mai.

Rappelons que l’utilisation de ce vaccin est actuellement suspendue aux États-Unis, après la recension de six cas de thrombose survenus chez des femmes récemment vaccinées.

Se disant au fait de cette situation, Justin Trudeau a expliqué que Santé Canada, qui a déjà approuvé le vaccin de Johnson & Johnson, continuait d’analyser les données sur ce vaccin en provenance de l’étranger et que si l’agence devait en suspendre l’utilisation, il en serait ainsi. Mais en attendant, le processus d’approvisionnement est maintenu.

Des voix s'élèvent pour un nouveau partage des vaccins au pays

Questionné à plusieurs reprises par les journalistes sur la possibilité de revoir le plan actuel de partage des vaccins entre les provinces afin qu’une part plus importante soit acheminée en Ontario pour tenter d’y rétablir la situation, Justin Trudeau s’est montré prudent.

Affirmant que des discussions préliminaires avaient lieu à ce sujet, le premier ministre n’a pas montré un grand appétit pour rouvrir le plan de partage des vaccins actuellement établi en fonction du poids démographique de chaque province.

On a établi une formule d’allocation équitable de vaccins en discutant avec les provinces. Pour changer cette formule-là, il faudrait que les provinces soient d’accord, a-t-il précisé.

L'évocation d'un tel scénario en pleine troisième vague de COVID-19 a soulevé plusieurs réactions dans les provinces, dont le Québec où le bureau du ministre de la Santé, Christian Dubé, a déclaré : il est impératif de continuer la livraison des doses en fonction du prorata de la population, tel qu'entendu avec le gouvernement fédéral. Le Québec a besoin des doses pour vacciner rapidement et garder le contrôle sur cette troisième vague.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !