•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le variant britannique du coronavirus est désormais prédominant à Moose Jaw

L'Hôpital Dr. Fred H. Wigmore, à Moose Jaw.

L'Hôpital Dr. Fred H. Wigmore, à Moose Jaw, a dû agrandir son unité de soins intensifs en raison de la montée des cas. (archives)

Photo : Radio-Canada / Neil Cochrane

Radio-Canada

Le variant britannique du coronavirus est désormais prédominant à Moose Jaw, à l’ouest de Regina, ce qui ajoute de la pression sur l’Hôpital régional Wigmore.

L’unité de soins intensifs de l’Hôpital a été agrandie après avoir atteint le maximum de sa capacité d'accueil, un problème qu'on retrouve dans les zones rurales du sud de la province, selon le médecin hygiéniste chargé du sud de la Saskatchewan, David Torr.

Néanmoins, la capacité d'agrandissement reste limitée, selon le Dr Torr :On peut peut-être ajouter 2 ou 3 lits, mais pas 10, car nous sommes limités en personnel.

Au cours des dernières semaines, la région centre-sud a connu une augmentation de 46 % des cas de COVID-19, avec près de 400 cas.

La propagation est rapide, selon le médecin hygiéniste, puisque de plus en plus de villes et de villages de la région sont touchés par l'augmentation du nombre des cas.

Les variants du coronavirus deviennent dominants là où ils étaient peu présents il y a encore quelques semaines.

Une citation de :David Torr, médecin hygiéniste chargé du sud de la Saskatchewan

Cette augmentation des cas serait notamment due aux rassemblements survenus pendant la fin de semaine de Pâques, tels que des barbecues au cours desquels les mesures sanitaires n’ont pas été respectées, selon le médecin hygiéniste.

Il ajoute que de nombreuses personnes sont sorties de leur ville ou encore qu’il y aurait eu beaucoup de voyages interprovinciaux.

Malheureusement, la majorité des infections se produit lorsque les mesures sanitaires ne sont pas respectées. Il faut éviter les rassemblements à tout prix. Il faut rester dans sa bulle sociale.

Une citation de :David Torr, médecin hygiéniste chargé du sud de la Saskatchewan

David Torr conseille également au public d’acheter des masques chirurgicaux et d’éviter les masques en tissu, qui ne sont pas assez efficaces, selon lui.

Les Fransaskois redoublent de prudence

De leur côté, les résidents francophones de Moose Jaw considèrent qu’ils font leur part pour limiter la propagation du virus. 

Philolin Ngomo, un résident de la municipalité, affirme qu’il prend les précautions nécessaires. Comme tous les autres habitants de Moose Jaw, nous suivons l’évolution [de la situation] et nous essayons d’être prudents en restant chez soi, explique-t-il.

À proximité de Moose Jaw, on dit aussi respecter les mesures sanitaires autant que possible. Les masques sont toujours sur nos visages, relate le directeur du centre culturel de Ponteix, Walter Chizzini. On a fortement réduit les rencontres occasionnelles au café ou dans la rue. Vraiment, on est inquiet.

Mercredi, l’Autorité de la santé de la Saskatchewan a sonné l’alarme pour plusieurs villes de la région, notamment Maple Creek, Swift Current, Kindersley et Outlook, en raison des risques accrus d’infection par les variants du coronavirus.

Jeudi, le ministre de la Santé, Paul Merriman, a confirmé que plusieurs événements avaient eu lieu dans le sud-ouest de la province, dont un est à l’origine de 21 infections à l’heure actuelle.

Des enquêtes sont en cours.

Précision :

Après la publication de cet article, les autorités sanitaires ont indiqué que la fête organisée à proximité de Maple Creek a provoqué une éclosion de 40 cas de COVID-19.

Avec les informations de Mickey Djuric

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !