•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La lutte contre la tordeuse des bourgeons de l’épinette s’intensifie

Le papillon est sur une branche de conifère.

La tordeuse des bourgeons de l’épinette est l'insecte le plus destructeur des peuplements de conifères de l'Amérique du Nord (archives).

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Radio-Canada

Dans tout l’Est-du-Québec, l'épandage d’insecticide biologique contre la tordeuse des bourgeons de l’épinette va reprendre avec vigueur, après une année 2020 marquée par une réduction de la lutte contre cet insecte ravageur en raison de la pandémie de COVID-19.

C’est en Gaspésie que la Société de protection des forêts contre les insectes et maladies (SOPFIM) va concentrer ses activités.

Environ 280 000 hectares de forêts devraient y être traités au Bacillus thuringiensis kurstaki (BTK), un insecticide biologique pulvérisé par avion.

Le système de gicleurs installé sous les ailes des avions qui participent à la lutte contre la tordeuse des bourgeons de l'épinette

Un système de gicleurs installé sous les ailes des avions permet une distribution efficace de l'insecticide (archives).

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

S'ensuit la région du Bas-Saint-Laurent, avec 213 000 hectares à traiter et la Côte-Nord avec 104 000 hectares.

En comptant les projections d'épandage aérien au Saguenay-Lac-Saint-Jean, la SOPFIM devrait couvrir une superficie de 745 000 hectares de forêts cette année.

En 2020, la pandémie de COVID-19 et les difficultés logistiques avaient obligé la SOPFIM à réduire de 84 % ses activités d'épandage. Seuls 111 500 hectares de forêts avaient finalement été arrosés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !