•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : 3000 cas quotidiens si la tendance se maintient, une modélisation à nuancer

Des gens marchent dans le centre-ville de Vancouver.

Les transmissions continuent de toucher les jeunes de 19 à 39 notamment à cause de leurs comportements sociaux.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms (CBC)

Si la tendance se maintient, la Colombie-Britannique pourrait atteindre 3000 nouvelles infections au virus qui cause la COVID-19 au quotidien, selon la plus récente modélisation de la pandémie présentée par les autorités sanitaires provinciales.

La nouvelle modélisation montre que même si les rassemblements sociaux chutent au cours des prochaines semaines, la Colombie-Britannique serait toujours sur la voie inquiétante de voir 2000 nouvelles infections par jour. Dans le cas où les gens continuent de négliger les mesures sanitaires, ce chiffre pourrait possiblement atteindre 3000 infections quotidiennes.

La médecin hygiéniste en chef, Bonnie Henry, a toutefois relativisé les données en répétant qu'une modélisation ne constitue pas une prédiction. Cela ne veut donc pas dire que nous atteindrons 3000 cas par jour d’ici la fin du mois d’avril.

Par ailleurs, dans son bilan de jeudi la Colombie-Britannique signale 3 décès dus à la COVID-19 et 1205 infections supplémentaires. Les autorités de la santé rappellent que leur objectif est de réduire la transmission et la mortalité. La régie de la santé Fraser compte pour 730 de ces infections alors que celle de Vancouver Coastal pour 301.

Les congés favorisent la propagation du virus

Dans cette modélisation, les autorités sanitaires observent un pic de la transmission durant la relâche de mars. Et au cours des deux dernières semaines, les hospitalisations sont devenues très inquiétantes, reconnaît la Dre Henry. Cependant, la médecin hygiéniste en chef de la province met l’accent sur une diminution significative des décès. Un fait qu’elle attribue à la campagne de vaccination qui va bon train.

Car, bien que les personnes dites jeunes, de 19 à 59 ans, soient de plus en plus infectées et hospitalisées par le nouveau coronavirus, les personnes âgées de plus de 80 ans sont les plus susceptibles de décéder de la COVID-19.

Même si nous pouvons voir des personnes en dehors de notre foyer, nous ne devrions pas. À l’extérieur, le risque est moindre, il n’est pas nul. (...) Si vous allez être en contact étroit, portez un masque, même si c’est à l'extérieur.

Une citation de :Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la C.-B.

Détecter les variants

La Colombie-Britannique a récemment annoncé qu'elle ne conduira plus systématiquement le séquençage du coronavirus des personnes infectées pour en déterminer le variant. Par contre, la santé publique continuera de séquencer un échantillon 5 à 10 % des nouveaux cas pour en connaître l’origine afin de ne pas passer à côté de nouveaux variants qui pourraient arriver dans la province, explique la Dre Henry.

La plupart des cas de variants dans la province concernent celui détecté en premier au Royaume-Uni (B.1.1.7), bien que sa présence géographique n’est pas proportionnelle. En effet, le variant observé originairement au Brésil (P.1) est plus présent dans le territoire couvert par la régie de la santé Vancouver Coastal alors que le B.1.1.7 circule majoritairement au sein de la région de la régie de la santé Fraser.

Bonnie Henry explique par ailleurs que si la Colombie-Britannique compte autant de cas de variant P.1, c’est parce qu’elle a effectué plus de séquençage du génome que les autres provinces, comme l’Ontario par exemple.

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

La transmission dans les écoles

La modélisation confirme le discours que tiennent les autorités de la santé depuis des mois comme quoi les écoles demeurent des lieux de faible transmission du SRAS-CoV-2. Depuis la rentrée scolaire en présentiel en septembre, les infections ne semblent pas avoir augmenté, selon la modélisation.

Des élèves qui marchent.

Surrey et Vancouver sont les deux plus grands districts scolaires de la province.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms (CBC)

La tendance montre en fait que les cas grimpent lorsque les élèves sont en congé. D’ailleurs, seuls 8 % des contaminations liées au système scolaire sont réellement survenues au sein des écoles. La majorité des infections se transmettent en dehors des établissements scolaires.

Les transmissions qui ont eu lieu dans les écoles reflètent ce qui se passe dans les communautés, selon la Dre Henry. Cette dernière assure que la santé publique travaille de concert avec les autorités scolaires pour réduire le taux d’exposition au virus.

C'est pourquoi le personnel scolaire a été priorisé pour la vaccination. Nous travaillerons avec tout le personnel scolaire de la province au cours des prochaines semaines.

Une citation de :Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la C.-B.

La médecin hygiéniste en chef de la province nous rappelle qu’il n’y a aucun environnement qui soit exempt de transmission. Elle souligne également que les enfants, en particulier ceux âgés de 5 à 12 ans, sont beaucoup moins touchés par la COVID-19 par rapport à leur population.

La Dre Bonnie Henry a aussi tenu à mettre en évidence que, dans la vallée du Fraser, 85 % des écoles recensaient zéro cas de contamination lors du pic de la pandémie, entre le 1er janvier et le 7 mars.

Les milieux de travail de la vallée du Fraser plus touchés

Les comportements des résidents de la Grande région de Vancouver se reflètent particulièrement dans les régions de l’intérieur et de l’île de Vancouver à cause des déplacements qui s’y font. Cependant, les lieux de transmission diffèrent d’une régie de la santé à l’autre.

Les données présentées par la province montrent effectivement que la plupart des éclosions dans les milieux de travail de Vancouver Coastal ont lieu dans des restaurants. Dans la régie de la santé Fraser, les secteurs industriel et manufacturier constituent le foyer de contamination le plus important.

Les rendez-vous sont ouverts pour les 55 ans et plus

Depuis le début de la campagne de vaccination, 1 235 863 doses de vaccin ont été administrées dans la province. Ce nombre représente 26 % de la population admissible à la vaccination.

À partir de jeudi, toute personne âgée de 55 ans et plus est désormais admissible à être immunisée. Lundi, les autorités provinciales ont annoncé les dates d'inscription des personnes âgées de 40 ans et plus qui se présentent comme suit :

  • Lundi 12 avril : né en 1966 ou avant (55 ans et plus)
  • Mercredi 14 avril : né en 1971 ou avant (50 ans et plus)
  • Vendredi 16 avril : né en 1976 ou avant (45 ans et plus)
  • Lundi 19 avril : né en 1981 ou avant (40 ans et plus)

S'inscrire à un vaccin n'est pas la même chose que prendre un rendez-vous pour se faire vacciner. Une fois inscrites, les personnes reçoivent un code de confirmation, suivi d'un courriel, d'un SMS ou d'un appel indiquant quand ils peuvent utiliser ce code pour prendre un rendez-vous pour se faire vacciner.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !