•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Evenko espère garder Osheaga à Montréal, dit Nick Farkas

Une foule immense et compacte.

Le festival Osheaga.

Photo : Radio-Canada / Frank Opolko

Radio-Canada

Nick Farkas, vice-président programmation, concerts et événements chez evenko, dit réellement souhaiter que le festival Osheaga demeure à Montréal, malgré les doutes qui circulent depuis mercredi, alors que l’administration Plante annonçait son plan de réaménagement du parc Jean-Drapeau.

Le quotidien La Presse dévoilait jeudi matin que le Groupe CH, qui détient evenko, avait des inquiétudes quant à l’avenir de ses festivals au parc Jean-Drapeau. La Ville envisage de restreindre le nombre de pieds carrés de l’espace qui est normalement dédié aux grands événements. Le Groupe CH craint en conséquence de devoir passer de six à quatre scènes.

Nick Farkas a réagi au micro de la chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18, Catherine Richer. Il soutient qu’evenko a été invité lors des consultations publiques qui ont précédé la publication du plan dévoilé hier, et l’administration municipale a également tenu à faire valoir ses plans au promoteur événementiel avant l’annonce. Il déplore toutefois que les recommandations émises par son équipe n’aient pas réellement été considérées.

On a été consultés, mais est-ce qu’ils nous ont écoutés? Je dirais probablement que non, a-t-il expliqué.

On a besoin du même espace qu’avant pour Osheaga et Île Sonic, pendant deux fins de semaine. On ne demande pas plus [d’espace] dans le nouveau plan. Mais c’est juste incroyablement décevant qu’à travers ce plan ambitieux, il n’y a pas [plus] de place pour nous, pour les grands festivals, ajoute-t-il.

Si tu enlèves des scènes, tu enlèves des artistes

Une citation de :Nick Farkas

Selon lui, l’expérience Osheaga sera moindre si l’on restreint l’espace. Il ne comprend pas comment le rayonnement et les retombées liées à l’événement n’ont pas pesé dans la balance du plan d’aménagement du site.

Qui dit moins d’artistes dit aussi programmation moins ambitieuse, pour un événement qui, au fil des années, s’est pourtant taillé, selon lui, une place aux côtés des festivals de renommée internationale, dont le Lollapalooza à Chicago.

On veut rester. Montréal fait partie de l’ADN de nos festivals. On a réussi à avoir des millions de touristes , dit-il.

Décision à venir pour 2021

Autre tuile sur l’organisation du festival Osheaga : la présence des variants de la COVID-19, qui nécessitent des précautions particulières et qui laissent entrevoir peu d’espoir pour la tenue d’une fin de semaine musicale et festive au parc Jean-Drapeau cet été.

Il faut juste regarder les chiffres et ce qui se passe dans le monde. Il va falloir prendre une décision dans les deux prochaines semaines pour ce qu’on va faire cet été, précise Nick Farkas.

Il soutient que l’organisation continue ses discussions avec la santé publique et espère que la situation évolue pour le mieux, l’événement étant normalement prévu pour le mois d’août.

Avec les informations de Catherine Richer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !