•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ontario : plus de 18 000 cas quotidiens possibles, selon des projections

Le gouvernement Ford écarterait l'idée d'imposer un couvre-feu.

Une infirmière qui porte de l'équipement de protection se prépare à entrer dans la chambre d'un patient aux soins intensifs à l'Hôpital général de North York.

Il pourrait y avoir 1800 personnes hospitalisées aux soins intensifs, selon une source gouvernementale.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

Des projections qui doivent être rendues publiques vendredi montrent qu’il pourrait y avoir plus de 18 000 nouvelles infections quotidiennes en Ontario d’ici la fin mai, selon des informations obtenues jeudi soir par CBC de source gouvernementale. De plus, 1800 patients pourraient être hospitalisés aux soins intensifs.

Ce scénario tient compte de la vaccination qui est en cours.

Les projections prévoient aussi que l'imposition de restrictions supplémentaires pourrait ramener ce nombre autour de 10 000 cas, toujours selon des sources de CBC. Les mesures sanitaires devraient toutefois être beaucoup plus strictes que celles qui sont en place.

Le cabinet s'est réuni jeudi pour en discuter. Selon CBC, le gouvernement ne veut pas imposer de couvre-feu. La rencontre doit se poursuivre vendredi.

Un homme âgé se fait vacciner au foyer de soins Caboto Terrace, à North York.

La vaccination ne permettra pas de maîtriser la situation au cours du mois, selon la Dre Barbara Yaffe, médecin hygiéniste en chef adjointe.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Des propositions envisagées par la province, selon CBC :

  • Réduire les heures d’ouverture des commerces
  • Fermer complètement les commerces non essentiels (plus de cueillette des achats à la porte ou de livraison)
  • Fermer les chantiers de construction non essentiels, les entrepôts et usines à l’exception de ceux des secteurs de la santé, de l’alimentation et automobile
  • Réduire le nombre de personnes autorisées à l’intérieur des lieux de culte, lors des mariages et des funérailles
  • Augmenter les amendes
Le premier ministre Doug Ford, les yeux baissés.

Le premier ministre Doug Ford a demandé l'aide de l'Alberta et de la Saskatchewan, selon des sources bien informées.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Le premier ministre Doug Ford a demandé à Jason Kenney d’envoyer des travailleurs de la santé en Ontario, mais l’Alberta ne s’est pas encore engagée à le faire, selon des sources au courant du dossier. La même requête aurait été faite à Scott Moe pour la Saskatchewan.

L'Ontario se serait aussi adressé au fédéral pour obtenir de l'aide.

La porte-parole du ministre fédéral de la Sécurité publique Bill Blair a confirmé que le gouvernement avait reçu une demande préliminaire.

Nous sommes présentement en discussion avec la province pour déterminer quelles sont les ressources supplémentaires qui l’aideraient le plus, a déclaré Mary-Liz Power.

Des infirmières qui portent de l'équipement de protection traitent un patient atteint de la COVID-19.

Le gouvernement ontarien s'est adressé à Ottawa et d'autres provinces pour obtenir de l'aide.

Photo : La Presse canadienne / AP/Laurent Gillieron

Plus tôt aujourd’hui, la médecin hygiéniste en chef adjointe avait qualifié la situation de désastreuse et adopté un ton très grave, qui laissait présager l’imposition de nouvelles restrictions sans toutefois en divulguer la nature.

Les choses ne s’amélioreront pas; si on continue à faire la même chose, en fait, elles vont s'aggraver, avait déclaré la Dre Barbara Yaffe, en se contentant de dire qu’un certain nombre d’options étaient envisagées.

La Dre Barbara Yaffe, médecin hygiéniste en chef adjointe de l'Ontario, regarde ses notes pendant une conférence de presse.

La Dre Barbara Yaffe, médecin hygiéniste en chef adjointe de l'Ontario

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

L’Ontario a recensé 4736 nouvelles infections jeudi, un sommet depuis le début de la pandémie. La moyenne quotidienne hebdomadaire est de 4208 cas, un bond de 36 % par rapport à la semaine précédente.

Les variants inquiétants représentent près de 70 % des infections. Dans la quasi-totalité des cas, il s’agit du B.1.1.7, détecté au départ au Royaume-Uni.

Ces chiffres sont alarmants et tout le monde devrait s’en inquiéter.

Une citation de :Dre Barbara Yaffe, médecin hygiéniste en chef adjointe de l’Ontario

La médecin estime que la vaccination ne suffira pas à maîtriser la situation ce mois-ci. Le nombre de cas va demeurer élevé. Nous aurons besoin de plus de vaccins et de plus de temps pour que les cas et les décès diminuent, comme nous le voulons, a-t-elle reconnu.

Le square Dundas et les rues désertes photographiées par un drone.

Il y avait beaucoup moins de gens dans les rues lors du confinement du printemps dernier.

Photo : CBC/Sue Reid

Le printemps dernier, un ordre de rester à la maison était en vigueur et les rues étaient pas mal désertes… elles ne le sont pas présentement. Nous devons revenir à cela; nous devons considérer les choses comme nous le faisions à l’époque.

Une citation de :Dre Barbara Yaffe, médecin hygiéniste en chef adjointe de l’Ontario

À défaut de pouvoir dire ce qui attend les Ontariens, la Dre Yaffe a prié la population de respecter les mesures en place. Qu’un endroit soit ouvert ou non est une chose. La vraie question, c’est : devez-vous vraiment y aller? Si ce n’est pas essentiel, restez à la maison.

Avec les informations de CBC

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !