•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La MMF se dote d'un responsable de la langue française

André Carrier, vice-président de la Fédération métisse du Manitoba pour la région de Winnipeg.

André Carrier est devenu le responsable de la langue française à la MMF.

Photo : Radio-Canada / Abdoulaye Cissoko

La Fédération métisse du Manitoba (MMF) nomme un nouveau responsable de la langue française afin d’accroître les services offerts en français aux Métis de la province.

André Carrier, qui est aussi vice-président de la MMF pour la région de Winnipeg, est dorénavant chargé de la langue française pour l’organisme de représentation politique des Métis. Il est le deuxième à occuper ce poste, après Jean Desrosiers, décédé en 2019.

La francophonie a toujours fait partie de ma vie, rappelle celui qui a participé à la création, en 2003, du Conseil Elzéar Goulet.

Avec cette nomination, la MMF poursuit sa volonté de s’affirmer comme le gouvernement des Métis, après la reconnaissance accordée par la Cour suprême en 2013.

Augmenter les services en français

Par conséquent, la MMF tente d’agir comme un véritable gouvernement. On veut continuer la vision de Louis Riel et être un gouvernement métis bilingue, souligne André Carrier.

La rédaction de documents bilingues, dont une Constitution, et la création de services en français sont donc nécessaires.

C'est un but très important pour nous autres, d’avoir les services dans les deux langues. Il faut qu’on rejoigne nos citoyens francophones au Manitoba, ajoute M. Carrier.

Ma tâche, c’est de regarder où on peut travailler avec les citoyens francophones pour faire en sorte que nos services soient disponibles dans les deux langues.

Une citation de :André Carrier, responsable de la langue française au sein de la MMF

Du travail en perspective

À l’heure actuelle, André Carrier est le point de contact pour une grande partie des appels et des courriels en français. La prochaine étape, selon lui, est de faire en sorte qu'il y ait une organisation plus officielle.

Il faut qu’on élargisse ce service à tous les niveaux et à tous les départements, précise-t-il.

Cela passe, entre autres, par du recrutement de personnel bilingue. Si les gens appellent la MMF, il faut faire certain qu’il y a des postes pour offrir un service dans les deux langues. Il faut avoir plus d’employés et de services à travers la province.

Mon but, c'est de faire en sorte que les documents soient traduits en français et de pouvoir offrir des services en français corrects.

Une citation de :André Carrier, responsable de la langue française au sein de la MMF

Collaborer avec la communauté francophone

André Carrier assure aussi qu'il veut collaborer avec la communauté francophone dans son ensemble. Ainsi, le Conseil Elzéar Goulet reste en place, par exemple, comme membre de la MMF.

Je vais approcher la Société de la francophonie manitobaine pour qu’ils soient au courant que le gouvernement métis du Manitoba offre ses services dans les deux langues, ajoute-t-il.

Il envisage la possibilité de se rapprocher de la Division scolaire franco-manitobaine, qui accueille de nombreux élèves métis francophones. Quant à l’Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba (UNMSJM), dont est membre André Carrier mais avec laquelle la MMF entretient des relations tendues, il assure que toutes les deux continueront à collaborer selon leurs rôles.

Une femme sourit dans le hall d'un bâtiment.

Paulette Duguay est la présidente de l'Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba.

Photo : Radio-Canada / Sylviane Lanthier

La présidente de l’UNMSJM, Paulette Duguay, voit d'un bon oeil la nomination d’André Carrier comme responsable de la langue française. À chaque occasion que les francophones sont reconnus et invités à la table avec le devoir de représenter le peuple d’expression française, c’est toujours une bonne chose. On espère que cela va porter fruit.

La Société de la francophonie manitobaine accueille favorablement ce nouveau poste à la MMF. Elle ajoute, par courriel, qu'elle a l’intention de travailler avec M. Carrier sur des dossiers d’intérêts communs qui peuvent bénéficier [aux] citoyennes et citoyens métis de la province.

Bernard Lesage.

Bernard Lesage est le président de la Commission scolaire franco-manitobaine.

Photo : Radio-Canada

Le président de la Commission scolaire franco-manitobaine, Bernard Lesage, estime que la création du poste d’André Carrier est une très bonne idée. Je crois qu’il y a des possibilités de faire de beaux projets ensemble, probablement au niveau de la programmation, notamment en histoire, poursuit-il.

Un partenariat avec la MMF pourrait certainement apporter beaucoup à la DSFM , ajoute Bernard Lesage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !