•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les déplacements vers l’Abitibi-Témiscamingue sont maintenant interdits

Affiche de la route 117, située dans le secteur de la réserve La Vérendrye.

Affiche de la route 117, située dans le secteur de la réserve La Vérendrye. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Angie Landry

Radio-Canada

Les déplacements vers l'Abitibi-Témiscamingue en provenance d'une autre région sont maintenant interdits.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue en a fait l'annonce jeudi durant son point de presse.

Selon la PDG, Caroline Roy, un arrêté ministériel en date du mercredi 14 avril stipule maintenant que les déplacements vers la région sont interdits, comme c'était déjà le cas des zones jaunes.

Le décret a été accepté sous la recommandation de la santé publique de l'Abitibi-Témiscamingue. On sait que l'Abitibi-Témiscamingue, nous sommes des gens très accueillants, on aime bien la visite, mais là, on veut la visite essentielle, note la Dre Lyse Landry, directrice de la Santé publique régionale.

La règle ne s'applique pas aux personnes qui se trouvaient dans la région avant le 14 avril. Selon le texte de l'arrêté ministériel, qui est entré en vigueur le mercredi 14 avril à 19h30, la région de la Côte-Nord est aussi concernée par cet interdiction de déplacements.

Ainsi, les résidents de l'Abitibi-Témiscamingue ou de la Côte-Nord qui se rendraient dans une région en zone rouge ou orange devront faire une quarantaine de 14 jours dans leur résidence dès leur retour, sauf s'ils se sont déplacés pour travailler, étudier, pour des raisons humanitaires ou pour recevoir des soins.

Quelques exceptions s'appliquent, comme les personnes dont la résidence principale ou la résidence secondaire se trouvent dans la région visée, mais uniquement pour des raisons d'entretien.

Les travailleurs qui assurent le transport de biens ou de marchandises en transit au Québec sont également permis, ainsi que les travailleurs devant se rendre dans ces deux régions.

Les personnes qui doivent se déplacer pour recevoir ou offrir des soins de santé, qui ont une assignation à comparaître au tribunal ou qui exercent des droits de garde, qui doivent se déplacer à l'extérieur pour leur emploi dans la fonction publique fédérale ou qui doivent faire un déplacement nécessaire à des fins humanitaires font également exception.

Les automobilistes qui ne respectent pas cette règle pourraient recevoir une contravention et une amende. Le ministère de la Sécurité publique veillera à l'application de ce décret.

Aucun barrage n'est prévu, mais des contrôles aléatoires pourraient être effectués.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !