•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les gros noms d'une entreprise canadienne méconnue

Stephen Harper (au centre) Yaron Ashkenazi (à droite) et Uri Shay (à gauche).

L'ancien premier ministre canadien Stephen Harper (au centre), en compagnie du fondateur d'Awz Ventures, Yaron Ashkenazi (à droite), et du fondateur et PDG de EnsureDR, Uri Shay (à gauche)

Photo : Business Wire

L'ancien premier ministre du Canada Stephen Harper travaille avec d’anciens dirigeants du Mossad, de la CIA et du MI5 au sein d'une entreprise canadienne d'investissement.

AWZ Ventures investit dans des technologies israéliennes de cybersécurité, du renseignement et de la sécurité physique.

Malgré les personnalités importantes qui en font partie, AWZ Ventures demeure une entreprise de capital de risque peu connue au Canada.

Le siège social d’AWZ (prononcé Oz) Ventures est situé à Toronto, au 20, rue Eglinton Ouest, au 10e étage de la tour de bureaux à l’angle de la rue Yonge.

Derrière une porte vitrée, on peut voir deux fauteuils et un tapis. À côté de la porte, il est écrit : 1008, Awz Ventures

L'entrée des bureaux de l'entreprise AWZ Ventures à Toronto, qui investit dans des technologies israéliennes de cybersécurité, du renseignement et de la sécurité physique.

Photo : Radio-Canada

Stephen Harper est l'un des partenaires de l'entreprise et est président de son comité-conseil.

En plus de l’ancien premier ministre du Canada, l'entreprise réunit une brochette impressionnante de leaders des milieux du contre-espionnage et des affaires, comme l'indique son site web.

Yaron Ashkenazi, fondateur et directeur général de l'entreprise, est lui-même un ancien membre de l’Agence de sécurité israélienne (ISA), où il a dirigé des équipes responsables de la protection de plusieurs premiers ministres israéliens, selon sa note biographique.

Edward Sonshine, partenaire fondateur et président du conseil d'administration, est le fondateur de la société de placement immobilier RioCan, propriétaire du bâtiment qui abrite AWZ Ventures.

L’ex-ministre conservateur de la Sécurité publique Stockwell Day participe lui aussi à l’entreprise.

Le gratin du contre-espionnage

AWZ Ventures compte dans ses rangs d'anciens directeurs du Mossad, l'agence du renseignement extérieur d'Israël.

C'est le cas d’Haim Tomer, qui a passé plus de 30 ans au sein des services secrets israéliens, y compris à titre de directeur de la division du renseignement, de la division antiterroriste et de la division internationale du Mossad, ou encore de Gary Barnea, ancien directeur adjoint de la division des opérations spéciales du Mossad.

Haim Tomer, ancien directeur du Mossad et Gary Barnea, ancien directeur de l'Agence israélienne de sécurité.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Haim Tomer, ancien directeur du Mossad et Gary Barnea, ancien directeur de l'Agence israélienne de sécurité

Photo : Awz Ventures

Un ex-patron des agents du renseignement canadien, Richard Fadden, en fait aussi partie. Cet ancien directeur du Service canadien du renseignement de sécurité siège au comité-conseil d’AWZ Ventures. Il a expliqué à Radio-Canada la philosophie d'entreprise du fondateur, Yaron Ashkenazi, qui l'a recruté.

Yaron a eu beaucoup de contacts avec le milieu de la sécurité israélienne. Mais plus précisément, Israël réussit très bien dans la mise au point de nouvelles technologies, à la fois pour le secteur privé et pour le gouvernement, a affirmé M. Fadden en anglais. Il a décidé, vous devrez le lui demander, mais je pense qu’il a décidé que ce serait un bon moyen de gagner de l’argent tout en faisant la promotion de certaines entreprises de son pays d’origine.

Richard Fadden assis devant un micro, un poing dans une main.

L’ancien directeur du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) Richard Fadden, siège au comité-conseil de AWZ Ventures.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

M. Ashkenazi a décliné pour l'instant notre demande d'entrevue, déclarant que des négociations d'affaires le tenaient extrêmement occupé. Il a par la suite ajouté que sa compagnie voulait pour l’instant demeurer sous le radar.

Le site web de la compagnie indique qu’AWZ Ventures a été lancée en 2016, mais elle a été incorporée en 2013, selon le registre ontarien des entreprises.

Stephen Harper, qui s'est joint à la compagnie en 2019, n'a pas répondu à notre demande d'entrevue.

Portrait de James Woolsey, ancien directeur de la CIA et de Stella Rimington, ancienne directrice générale du MI5.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

James Woolsey, ancien directeur de la CIA et Stella Rimington, ancienne directrice générale du MI5

Photo : AWZ Ventures investissement

AWZ Ventures a aussi recruté deux figures importantes des services secrets américains et britanniques : James Woolsey, ancien directeur de la CIA, et Stella Rimington, ancienne directrice générale du MI5.

130 millions et 17 compagnies

Je pense qu’ils sont comme beaucoup d’autres sociétés d’investissement, de capital de risque sur la planète. Ils ont choisi un domaine où ils pensent pouvoir faire une piastre, soutient M. Fadden en référence à la direction d’AWZ Ventures.

La firme gère 130 millions de dollars et a investi dans 17 entreprises, selon son site web. Pour le moment, ce sont toutes des compagnies israéliennes, affirme M. Fadden.

Une bonne part de cette technologie est utile dans la lutte contre le terrorisme et c’était là mon principal intérêt, a-t-il expliqué. Certaines des technologies mises au point nous aident à comprendre ce qui se passe sur le plan des médias sociaux, afin de pouvoir accumuler des informations. Mais c’est surtout d’ordre défensif.

M. Fadden donne l'exemple de mécanismes de cyberprotection pour les trains et les avions. Il s’agit tout simplement de créer des technologies de protection contre les attaques, surtout des cyberattaques de nos jours.

L'affiche extérieure du Yonge Eglinton Centre, au 20, Eglinton Ouest à Toronto.

AWZ Ventures a ses bureaux au 10e étage du 20, Eglinton Ouest à Toronto.

Photo : Radio-Canada

Israël n’est pas membre de l'OTAN ni du Groupe des cinq, l’alliance à laquelle appartient le Canada et qui récolte des renseignements électromagnétiques. Mais Richard Fadden est à l’aise avec le fait de participer à la création de technologies de pointe en Israël, un pays ami.

Nous avons une politique très ferme en vertu de laquelle nous n’investissons pas dans certaines compagnies et en aucun cas nous ne leur vendons nos produits, a affirmé M. Fadden. Par exemple, nous ne faisons pas affaire avec la Chine ou la Russie, pour ne donner que deux exemples.

Parmi les entreprises ayant bénéficié des investissements d’AWZ Ventures, il y a NanoLock Security, qui propose un produit d’intelligence artificielle à distance pour protéger l’Internet des objets (IoT) et les appareils connectés contre les accès non autorisés, et Assac, qui a créé une application antipiratage pour le marché de la sécurité et du chiffrement des appareils intelligents des entreprises, selon le site web d’AWZ Ventures.

La cyberindustrie israélienne poursuit son expansion fulgurante malgré la COVID-19, selon l’Israel National Cyber Directorate. L'agence gouvernementale israélienne soutient que cette industrie a récolté 2,9 milliards de dollars en 2020, ce qui constitue une augmentation de plus de 70 % par rapport à la même période l'année précédente.

De plus, les investissements dans la cyberindustrie représentent 31 % de tous les investissements à l'échelle mondiale, selon l'agence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !