•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bond de 22 % du prix des maisons en un an à l'Île-du-Prince-Édouard

Deux panneaux à vendre sont disposés devant des maisons neuves.

Le prix moyen des maisons à l'Île-du-Prince-Édouard a atteint 330 000 dollars (archives).

Photo : Julien Lecacheur

Frédéric Cammarano

À l'Île-du-Prince-Édouard, en mars, le prix moyen des maisons était environ 22 % plus élevé qu'à pareille date l'an dernier, selon les plus récentes données de l’Association canadienne de l’immeuble. Cette augmentation est due en partie au faible nombre de maisons à vendre.

En moyenne, une maison se vend pour environ 330 000 dollars dans la province, tandis qu’elle ne se vendait que pour environ 275 000 dollars à pareille date l’année dernière.

Le nombre de maisons qui ont été mises en vente a aussi augmenté de plus de 60 %. En mars, 243 maisons ont fait leur apparition sur le marché.

Une affiche d'une maison à vendre à l'Île-du-Prince-Édouard.

Près de 250 maisons ont été mises en vente à l'Île-du-Prince-Édouard le mois dernier (archives).

Photo : Elisa Serret

En revanche, le nombre de maisons disponibles à la fin du mois de mars n’avait pas été aussi bas depuis plus de 15 ans. On en comptait que 428.

Pénurie de maisons

Selon Francis Thériault, agent immobilier chez PEI Agents Realty, les maisons à vendre sont trop peu nombreuses pour le nombre d’acheteurs, ce qui fait augmenter les prix.

Les deux dernières propriétés que j’ai personnellement vendues, c’est des gens de l’Ontario qui ont même pas vu la maison, qui arrive et qui décide de faire une offre sans condition. Donc ça, ça veut dire pas de financement, pas d’inspection, explique-t-il.

Pour chaque maison à vendre, il n'est pas rare de voir des Canadiens qui n'habitent pas dans les provinces de l'Atlantique faire une offre. Ils peuvent aussi souvent se permettre de mettre un demi-million de dollars sur une maison.

Pour l’acheteur et pour les agents qui travaillent avec ces acheteurs-là, c’est très frustrant, parce qu’on rentre dans une guerre des enchères qui malheureusement n’est pas à la portée de tous.

Une citation de :Francis Thériault, agent immobilier chez PEI Agents Realty

En temps de pandémie, évidemment les gens cherchent un endroit pour se retirer et avoir un peu plus de tranquillité mentale , explique l’agent immobilier.

Pour s’assurer que les vendeurs puissent faire le plus d’argent possible, les agents immobiliers qui les représentent leur conseillent parfois d’organiser cinq jours de visite et d’étudier les offres le sixième jour. Selon Francis Thériault, l’horaire des visites est souvent complet après quelques heures et les vendeurs reçoivent généralement de 5 à 10 offres.

L’augmentation se poursuit

Déjà en 2019, l’Association canadienne de l’immeuble rapportait une importante augmentation du prix des maisons (Nouvelle fenêtre) à l’Île-du-Prince-Édouard.

De 2016 à 2019, le prix des maisons a augmenté de 38,5 %, une augmentation qui dépassait celles observées à Toronto, Ottawa et Victoria.

Le prix moyen des maisons était passé de 200 000 dollars à 277 000 dollars pendant cette période à Charlottetown.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !