•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Acadiens rendent hommage à Michel Louvain

Michel Louvain  tient un drapeau de l'Acadie lors d'une fête des Acadiens.

Michel Louvain a participé à un épisode de La Petite Séduction en 2008 à Saint-Louis-de-Kent au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Plusieurs personnalités gardent de bons souvenirs du passage de Michel Louvain en Acadie à l’occasion des émissions La petite séduction et le Radiothon de l’Arbre de l’espoir. Des gens le surnommaient affectueusement « Michel de l’Acadie ». Le chanteur de charme québécois s’est éteint mercredi soir à l’âge de 83 ans.

Le concept de La petite séduction était d’accueillir une personnalité publique dans un petit village et de la séduire avec des attentions et des activités typiques de la région. Michel Louvain s’était alors rendu à Saint-Louis-de-Kent, au Nouveau-Brunswick, où les gens l’ont chaleureusement accueilli. C’était en 2008.

L’arrivée, c’était spectaculaire parce que les gens criaient avec des drapeaux. C'était le fun. C'était une belle émission. Il est arrivé en bateau avec Danny Turcotte. C'était un chic bonhomme, un chic monsieur, toujours bien habillé, pas un cheveu à déplacer, affirme Louis Arsenault, ancien maire de Saint-Louis-de-Kent.

L’organisateur de l’événement, Bernard Landry, souligne la bonne humeur du chanteur.

On s’en souvient beaucoup sur les tournages. Le rire de Michel Louvain, tu l’entendais de loin. Chaque chose qu’on faisait, on entendait en arrière-plan le rire de Michel Louvain. On lui a fait goûter de la poutine râpée, on lui a fait goûter notre accent et c'est pour ça qu’on l'a rebaptisé Michel de l’Acadie, explique Bernard Landry.

Le chanteur était très touché par toutes ces attentions, selon une participante, Josée Vautour.

Je pense que j’avais environ 9 ans, 10 ou 11 ans, et mon rôle dans l’émission était de charmer Michel avec une petite chanson. Je n’ai pas chanté avec Michel Louvain, j’ai chanté pour Michel Louvain. Il était tellement ému, je pense que pendant toute la petite séduction, il faisait juste pleurer. Je me rappelle qu'il pleurait dans le tournage que je [regarde] de nouveau, je me souviens de lui donner une petite tape dans le dos quand il est venu me donner une colle, souligne Josée Vautour.

Michel Louvain lors d'une fête des Acadiens.

Michel Louvain fait partie de ces chanteurs qui ont marqué la musique francophone, au-delà des frontières du Québec.

Photo : Radio-Canada

Michel Louvain s’était pleinement prêté au jeu, selon un autre participant, Arnold Vautour.

On a décidé de faire une émission et d'expliquer la poutine râpée pour dire c'était quoi la poutine râpée. Donc, on a construit une cuisine à l'extérieur sur une estrade. Puis, avec Dany Turcotte et Michel Louvain, on avait deux équipes différentes. On faisait une petite compétition avec la poutine râpée. Michel Louvain était bien. Il a participé à plein, à 100 %. Il a mis le cœur à la communauté, raconte Arnold Vautour.

Michel Louvain lors d'une fête des Acadiens, entourés d'enfants.

Michel Louvain a tissé des liens en Acadie lors de son passage en 2008.

Photo : Radio-Canada

Très généreux. Les autographes, des photos, il n’a jamais refusé. On avait quelques foyers de personnes âgées dans la communauté et on avait entendu entre les branches que tout le monde disait : "Mon dieu de la vie! Mon idole de jeunesse est à Saint-Louis et je suis prise dans ma chaise roulante. Je ne peux pas me déplacer." Donc, Michel s’est offert d’aller visiter les deux foyers pour donner des chansons, rappelle Bernard Landry.

On était fier de l'avoir eu. C'était le meilleur invité qu’on aurait pu avoir ici à Saint-Louis.

Une citation de :Arnold Vautour, participant de La petite séduction à Saint-Louis-de-Kent

Le chanteur de charme a été charmé à son tour, si bien qu’il est retourné au Nouveau-Brunswick quelques mois plus tard pour participer au Radiothon de l’Arbre de l’espoir. Les organisateurs à ce moment se souviennent de lui comme étant très humble et généreux.

Ce qu’on se rend compte quand on rencontre Michel Louvain, c’est qu’il est toujours en train de se soucier des autres. Nous autres, on était tellement contents en Acadie d'accueillir une grande vedette comme Michel Louvain. On essayait de prendre soin de lui, de lui demander s’il était OK, et c'est lui qui a passé une grande partie de l’Arbre de l’espoir à demander s’il y avait autre chose qu’il devait faire, s'il y avait des gens avec qui il devrait parler, souligne Martin Latulippe, ancien président du Radiothon de l’arbre de l’espoir.

C’est d’une grande générosité et quand on le côtoie, on constate une chose : la beauté extérieure de Michel Louvain n'est qu’un pâle reflet de sa beauté intérieure. C’était un être généreux, d’une très, très grande classe, ajoute M. Latulippe.

Avec les renseignements de Camille Bourdeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !