•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : la hausse des cas se maintient au Québec

Des gens vont la file sous une tente installée à l'extérieur.

Des gens font la file à l'extérieur afin de subir un test de dépistage pour la COVID-19, à Montréal.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

Les autorités sanitaires du Québec ont fait état jeudi de 1513 nouveaux cas de COVID-19 dans la province et de 15 décès de plus des suites de la maladie.

Parmi ces décès, 4 sont survenus au cours des dernières 24 heures, 9 entre le 8 et le 13 avril et 2 à une date inconnue.

Au total, 10 778 personnes sont mortes de la COVID-19 depuis le début de la pandémie, au printemps dernier.

Pour l'heure, 661 personnes sont hospitalisées après avoir contracté le coronavirus, soit un patient de plus que la veille. De ce nombre, 159 personnes se trouvent aux soins intensifs, soit 7 de plus que mercredi.

Plus de la moitié (55,6 %) des éclosions actives se trouvent en milieu de travail, soit 606, selon les données de la santé publique. Le réseau scolaire compte pour sa part 261 éclosions actives (23,9 %).

La campagne de vaccination se poursuit dans la province, où le quart de la population a désormais été vacciné contre la COVID-19. Pour la journée de mercredi, 67 708 doses ont été administrées, ce qui porte le total à 2 145 925 doses inoculées jusqu'à présent.

L'évolution de la COVID-19 au Québec

C'est dans la région de la Capitale-Nationale, où le nombre d'infections liées aux variants demeure le plus préoccupant, que la pandémie continue de faire le plus de ravages. On y retrouve 3200 cas actifs, soit l'équivalent de 421 cas pour 100 000 habitants.

Chaudière-Appalaches et l'Outaouais lui succèdent dans ce triste palmarès, avec respectivement 1633 cas (378,1 pour 100 000) et 1155 cas (285,6 pour 100 000).

Miser sur le dépistage

Les variants continuent leur progression dans la province : au total, 19 227 cas liés à ceux-ci ont été identifiés par les autorités sanitaires. Le criblage a permis d'identifier 983 cas liés aux variants, tandis que les souches de 862 cas ont pu être déterminées par séquençage.

La santé publique indique toutefois qu'en raison de la hausse du nombre de cas, il n'est plus possible, pour certains laboratoires, de cribler systématiquement tous les tests positifs à la COVID-19. Certains d'entre eux ont fait le choix de concentrer leurs efforts sur le dépistage, puisque le criblage des variants engendrait d'importants retards.

En conséquence, les données sur les variants peuvent être sous-estimées, indique l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Pour la journée du 13 avril, 42 694 tests de dépistage ont été effectués dans la province.

Des lits d'hôpitaux pourraient venir à manquer en région

Selon l'Institut national d'excellence en santé et services sociaux (INESSS), les hospitalisations pourraient encore augmenter au cours des deux à trois prochaines semaines.

Face à cette croissance, qui se fait particulièrement sentir en région, l'INESSS prévoit que les lits désignés pour les patients COVID-19 [dans quelques régions] pourraient être entièrement occupés d’ici les trois prochaines semaines.

Ces projections, note toutefois l'INESSS, ne prennent pas en compte les récentes mesures mises en place pour endiguer la transmission du virus.

Pour l'heure, 32 % des lits réguliers et 36 % des lits aux soins intensifs destinés aux patients de la COVID-19 sont présentement occupés en région.

Pour la grande région de Montréal, aucun dépassement des lits désignés n'est prévu, même si l'INESSS s'attend à voir une augmentation du taux d'occupation des lits réguliers et aux soins intensifs. Pour l'instant, le tiers des lits réguliers et la moitié des lits aux soins intensifs sont occupés.

Sur les 332 544 personnes qui ont attrapé la COVID-19, 307 748 sont désormais rétablies, selon la santé publique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !