•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des arbres matures abattus pour une maison des aînés à Sainte-Foy

Un homme coupe des arbres aux abords de l'église Saint-Louis-de-France, à Québec

L'abattage des arbres a débuté aux abords de l'église Saint-Louis-de-France.

Photo : Radio-Canada / Catherine Lachaussée

Des citoyens de Sainte-Foy dénoncent la coupe de dizaines d'arbres, dont plusieurs matures, dans le cadre de la démolition de l'église Saint-Louis-de-France, laquelle doit laisser sa place à une maison des aînés. Le conseil de quartier déplore pour sa part le manque de transparence de la Société québécoise des infrastructures.

Les voisins de l'ancien bâtiment religieux savaient que la démolition était imminente, près d'un an après la vente officielle de l'église au gouvernement du Québec par la paroisse Notre-Dame-de-Foy. De la machinerie était apparue sur le terrain depuis déjà des semaines.

Ils n'avaient cependant pas vu venir la coupe d'arbres assortie aux travaux d'aménagement. Je trouve ça révoltant, lance Marie-Hélène Felt, une résidente du quartier Saint-Louis. La quasi-totalité des arbres va être abattue.

Elle se désole particulièrement du fait que des arbres, en périphérie du terrain qui abritera la future maison des aînés, ne seront pas épargnés. Il y a des arbres matures qui sont presque sur le terrain du parc voisin. Des arbres où nos enfants jouaient.

L'église Saint-Louis-de-France, vue d'en bas d'une colline

L'église Saint-Louis-de-France sera démolie pour laisser place à une nouvelle maison des aînés

Photo : Radio-Canada / Catherine Lachaussée

Opacité dénoncée

Bien qu'elle ne se fasse pas d'illusions sur la possibilité de sauver quelques arbres, Mme Felt entend mobiliser ses voisins. Elle réclame une pause des travaux le temps de revoir si certaines coupes sont réellement nécessaires.

Il y a une certaine opacité dans le dossier, dénonce-t-elle au sujet des explications derrière l'abattage et même des travaux à venir. Demain, j'aimerais rassembler des citoyens du quartier, au moins pour en sauvegarder quelques-uns. Mettre ça sur pause, dans l'idéal, poursuit-elle.

Le conseil de quartier Saint-Louis, de son côté, n'avait pas pris position au sujet de l'abattage d'arbres. Dans les faits, l'organisation citoyenne avait bien peu d'informations sur le projet du gouvernement, explique son président Pierre Pelletier. Il demande maintenant au maître d'oeuvre, soit la Société québécoise des infrastructures et le CIUSSS de la Capitale-Nationale, d'informer les citoyens et de faire preuve de transparence en vue du chantier.

L'église Saint-Louis-de-France, photo prise de l'extérieur, devant le perron de l'église, le 17 juin 2020.

L'église Saint-Louis-de-France sera démolie dès la semaine prochaine.

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguere

Reboisement

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale a assuré jeudi qu'il allait replanter plus d'une centaine d'arbres pour compenser la perte de végétation. Véronique Belley, chargée de projet au CIUSSS, explique que la coupe des arbres était inévitable après l'évaluation d'un ingénieur forestier. Plusieurs arbres étaient malades ou infectés avec des parasites, a-t-elle expliqué.

Au total, quelque 70 arbres et arbustes seront retirés du terrain, situé sur la route de l'Église, à l'angle de la rue de Valmont. Mme Belley rappelle que le projet sera vert, l'environnement des usagers de la maison des aînés se voulant ouvert sur la communauté.

La maison des aînés du quartier Saint-Louis doit accueillir 96 personnes, dont une douzaine ayant des besoins particuliers. Le montant de la vente de l'église atteint 2,75 millions de dollars. La construction du nouveau bâtiment coûtera 57,6 millions, soit 600 000 $ par place développée.

Véronique Belley confirme que les travaux de démolition débuteront la semaine prochaine. Ils devraient s'échelonner une période de six semaines. La livraison de l'immeuble est prévue pour l'automne 2022. Mme Belley promet que les citoyens auront accès à l'information pour la suite des choses. Un pamphlet sera distribué la semaine prochaine au sujet de la démolition.

Voie rapide

Le projet de maison des aînés a par ailleurs profité de la voie rapide. La construction relève du gouvernement du Québec et a été autorisée par l’entremise de la Loi visant l’accélération de certains projets d’infrastructure, rappelle Audrey Perreault, conseillère en communication à la Ville de Québec.

Il s'agit du projet de loi 66, adopté par le gouvernement caquiste en décembre.

Le projet n'a donc pas été soumis à la règlementation municipale. Aucune demande d’autorisation ou de permis n’est nécessaire ou n’a été déposée à la Ville, ni pour l’abattage des arbres ou la démolition du bâtiment, ni encore pour la construction, ajoute la Ville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !