•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination : des enseignants en éducation spécialisée refusent de travailler

Des dizaines d'enseignants spécialisés de Québec ont refusé de travailler jeudi matin.

Des dizaines d'enseignants spécialisés de Québec ont refusé de travailler jeudi matin.

Photo : Radio-Canada

Des enseignants en éducation spécialisée exercent leur droit de refus de travail jeudi matin parce qu'ils estiment ne pas être assez bien protégés contre la COVID-19 dans l'exercice de leurs fonctions. Ils exigent du gouvernement d'être priorisés dans la campagne de vaccination.

On veut une vaccination d'urgence, étant donné qu'on travaille avec une clientèle avec une santé fragile, explique Cynthia Brisson, enseignante à l'école de la Cité, dans le quartier Limoilou, à Québec. On considère en fait qu'on n'est pas entendu par le gouvernement, on est vraiment oublié.

Ces enseignants travaillent par exemple avec de jeunes autistes qui demandent une attention particulière, à ce point que les règles sanitaires ne peuvent être en tout temps respectées.

Sécurité de tous

L'administration du vaccin aux travailleurs rendrait donc l'environnement plus sécuritaire tant pour eux que pour les élèves.

On peut se faire arracher notre masque, [nos élèves] ont des comportements parfois à risque pour nous et pour eux -mêmes. On a souvent des élèves qui vont avoir beaucoup de sécrétions, de la bave, on donne aussi beaucoup de soins d'hygiène, des services au niveau de l'alimentation. La proximité, c'est difficile de la respecter. on ne peut pas établir le deux mètres

Une citation de :Cynthia Brisson, enseignante à l'école de la Cité

On le sait qu'il y a des gens qui travaillent pour d'autres organismes, qui vont travailler avec notre clientèle une fin de semaine sur deux, qui eux ont déjà reçu leur vaccin. Alors que nous, qui travaillons 5 jours semaine avec cette clientèle, nous ne sommes toujours pas vaccinés, ajoute-t-elle.

La Capitale-Nationale compte environ 300 intervenants qui sont dans la même situation que Mme Brisson.

Avec les informations de Sébastien Tanguay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !